Menu
S'identifier

Infrastructures

Mégaprojets de transport : la Cour des comptes européenne s’inquiète des retards

Actu-Transport-Logistique.fr | Ferroviaire | publié le : 29.06.2020 | Dernière Mise à jour : 30.06.2020

Dans un nouveau rapport, la Cour des comptes européenne alerte sur la nécessité d’accélérer les mégaprojets transfrontaliers.

Crédit photo Commission européenne

La Cour des comptes européenne vient de publier un rapport sur les grandes infrastructures de transport européennes. Après avoir passé au crible huit mégaprojets structurants, l’institution assure que leur retard met en péril la réalisation de plusieurs corridors.

Dans un nouveau rapport publié le 16 juin, la Cour des comptes européenne alerte sur la nécessité de mettre un coup d’accélérateur sur les mégaprojets transfrontaliers. "Six des huit infrastructures de plusieurs milliards d'euros qu'elle a contrôlées, ainsi que leurs lignes d'accès, ne fonctionneront probablement pas à leur pleine capacité d'ici à 2030 comme prévu initialement. Cela retardera encore l'achèvement du réseau central transeuropéen (RTE-T)", plaide l’institution.

Les coûts augmentent de 47 %

Dans le cadre de ce rapport, huit mégaprojets ont donc été passés au peigne fin : l'axe Rail Baltica – ligne ferroviaire reliant l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie à la Pologne, la liaison Lyon-Turin, le tunnel de base du Brenner, reliant l'Autriche et l'Italie, la liaison fixe du Fehmarn Belt – liaison rail-route entre le Danemark et l'Allemagne, l'Y basque – ligne ferroviaire à grande vitesse reliant Vitoria en Espagne à Bordeaux en France, la liaison Seine-Escaut, l'autoroute A1 en Roumanie et la ligne ferroviaire E59 en Pologne et sa connexion aux ports de Szczecin et Ś

winoujście.

Un retard de 11 ans en moyenne 

Pointant une coordination insuffisante des projets entre les différents pays dont chacun a ses propres priorités d’investissement et procédures de planification, la Cour des comptes européenne assure que "le retard d’en moyenne 11 ans de ces projets compromet le bon fonctionnement de cinq corridors transnationaux sur neuf". Autre conséquence de ces retards, un coût qui explose de 17 milliards d'euros (+ 47 %). "L'augmentation la plus conséquente a été observée pour le canal Seine-Nord Europe, dont les coûts ont pratiquement triplé", souligne le rapport.

Auteur

  • Diane-Isabelle Lautrédou

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format