Menu
S'identifier

Après General Motors, Bosch réduit aussi la voilure avec Nikola

Actu-Transport-Logistique.fr | Routier | publié le : 16.12.2020 | Dernière Mise à jour : 16.12.2020

Le partenariat de développement entre Bosch et Nikola doit permettre de fournir des piles à combustible au futur camion Nikola Tre destiné au marché européen.

Crédit photo Nikola

L’équipementier Bosch vient de diminuer sa participation au capital de Nikola. Un nouveau revers pour le constructeur de camions à hydrogène américain après le désistement de General Motors.

Prise de distance. Suivant l’exemple de General Motors, Bosch aurait à son tour pris du recul avec le constructeur de véhicules à hydrogène Nikola, désormais sujet à la controverse. Selon les informations rapportées par l’agence Bloomberg, l’équipementier allemand aurait diminué sa participation au capital à 4,9 %, contre 6,4 %. Le partenariat de développement entre Bosch et Nikola, conclu en 2017, resterait toutefois en place. Il doit permettre de fournir des piles à combustible pour le futur camion Nikola Tre destiné au marché européen, construit en coopération avec Iveco. Ce poids lourd, basé sur le S-Way, est attendu en 2021 en version électrique à batterie, et en 2023 en version hydrogène.

Développement de la technologie hydrogène

"Notre investissement initial visait principalement à soutenir le développement de la technologie à l'hydrogène. La baisse de notre participation au capital est intervenue après une période de détention sous réglementation boursière", a indiqué à Bloomberg un porte-parole de Bosch, faisant allusion au temps de détention minimal des actions après leur acquisition. L’équipementier n’a toutefois pas mentionné les difficultés actuelles de Nikola. Ce dernier est accusé de fraude, notamment d’avoir prétendu que son camion à hydrogène était en état de fonctionnement alors qu’il ne s’agissait que d’une simple maquette. Son patron, Trevor Milton, a dû démissionner.

Simple contrat commercial

La start-up, qui se présente en challenger du semi électrique de Tesla, a subi un premier revers fin novembre lorsque General Motors a indiqué qu’il n’entrerait pas, comme prévu, à son capital. Début septembre, GM avait pourtant prévu de prendre 11 ​​​​​​​% du capital de Nikola et de l’aider à industrialiser son futur pick-up à hydrogène Badger. Las, ce projet a été provisoirement enterré. Le partenariat se poursuit toutefois sous la forme d’un contrat commercial, dans lequel GM doit fournir son système de piles à combustible Hydrotec pour le développement de la gamme de poids lourds aux États-Unis (à condition que Nikola paye à l’avance).

Auteur

  • Grégoire Hamon

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format