Menu
S'identifier

Transport fluvial : le projet de canal grand gabarit entre Bray et Nogent-sur-Seine refait surface

Supply Chain Magazine | Dossiers supply chain | publié le : 26.02.2019 | Dernière Mise à jour : 27.02.2019

Carte def synthese

La genèse du projet de canal à grand gabarit de la Seine entre Bray-sur-Seine et Nogent-sur-Seine remonte à une quarantaine d’années. L’enquête publique pourrait être lancée l’année prochaine.

Crédit photo DR

Elisabeth Borne a visité le 22 février le port de Nogent-sur-Seine. Elle souhaite lancer en 2020 une enquête publique pour le projet de canal à grand gabarit de la Seine entre ce port et Bray-sur-Seine. L’enjeu est de raccorder ce tronçon de 27 km à la région Grand Est et aux ports de l’axe Seine via le futur Canal Seine Nord.

A l’issue de sa visite du port de Nogent-sur-Seine (au sud-est de Paris), Élisabeth Borne, la ministre chargée des Transports, a confirmé vendredi dernier son intention de lancer en 2020 une enquête publique pour le projet de canal à grand gabarit de la Seine entre Bray-sur-Seine et Nogent-sur-Seine. L’enjeu de ce projet de tronçon de 27 km pour les péniches de 2 500 t, qui dort dans les cartons depuis une quarantaine d’années faute de volonté politique (et de financement), est de gagner en compétitivité (15 à 20% de gain) sur cet axe fluvial en permettant de raccorder en grand gabarit et sans rupture de charge la région Grand Est, riche en céréales, et les ports de l’axe Seine (Rouen et le Havre), voire les grands ports d'Europe du Nord via le futur Canal Seine Nord.

Vieillissement des infrastructures

Basé à Nogent-sur-Seine, le groupe Soufflet, spécialisé dans les filières céréalières, se sent concerné au premier chef par ce projet. "Le coût d’affrètement de conteneurs depuis Nogent-sur-Seine vers Le Havre s’élève à 18,5 € par tonne par la voie fluviale, contre 20,5 € par tonne par voie routière. Pour le vrac, cette charge s’élève à 10 € par tonne par péniche et à 12,5 € par tonne par camion", précise un communiqué de la société pour prouver le potentiel important de développement de cet axe fluvial, aujourd’hui pénalisé "par le vieillissement des infrastructures qui conduit à l’indisponibilité des écluses".

Dossier

Au sommaire

Auteur

  • Jean-Luc Rognon

Supply Chain Magazine I Dossiers supply chain

Loc Maria Biscuits gagne en visibilité sur la demande avec Azap

Supply Chain Magazine I Dossiers supply chain

Alcyon renforce son partenariat avec A-sis

Supply Chain Magazine I Dossiers supply chain

Le réseau d’EV Logistique passe à 59 sites en France

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format