Menu
S'identifier

Spécial Supply Chain Event

La division Luxe de l’Oréal tire parti de la loi des grands nombres

Supply Chain Magazine | Dossiers supply chain | publié le : 06.12.2019 | Dernière Mise à jour : 06.12.2019

Dans une salle archi-comble sur Supply Chain Event, Annie Mercier, responsable Prévisions de la Division Luxe chez L'Oréal a expliqué avec passion les tenants et aboutissants de son projet de transformation Business Planning.

Crédit photo JL Rognon

Lors du cycle dédié à la transformation SC dans l’industrie pharma et cosmétique, le deuxième jour de Supply Chain Event (4 décembre), Annie Mercier, responsable Prévisions de la Division Luxe chez L'Oréal, a su parfaitement transmettre la passion de son métier à un public très dense, qui se prolongeait au-delà du petit muret délimitant la salle de conférence. « Dans ce projet de transformation Business Planning, il a fallu expliquer beaucoup, dépenser beaucoup d’énergie pour changer les mentalités mais ça valait vraiment la peine car nos demand planners se retrouvent désormais au coeur du business » a-t-elle déclaré lors de la séance de questions-réponses. Le projet, mis en place en s’appuyant sur les solutions de l’éditeur FuturMaster, part du constat que pour les produits dont les volumes de ventes sont faibles, il n’est pas optimal de continuer à réaliser des prévisions dans les filiales en local (80 filiales), qui donnaient lieu à quelque 687 réunions de validation par mois. Un diagramme sur le CA par pays et par marque montre bien une distribution de Pareto. Du coup, le projet de transformation fait le distinguo entre les classe A (concentrées sur quelques pays) et les autres. Pour les premiers, le process reste en local, dans l’outil Futurmaster, mais intègre désormais non seulement les ventes sell-in (aux distributeurs) mais aussi une prévision sell out (besoins consommateurs à partir du stock produit et des données marché). Dénommé So Luxe en Europe, ce projet a démarré en France en septembre  et les premiers résultats viennent de tomber : +15 points en précision. L’autre volet concerne toutes les autres couples (pays, marque) où les volumes ne sont pas suffisants pour obtenir une bonne qualité de prévisions. L’idée est cette fois de centraliser le process de Demand Planning, avec deux niveaux d’agrégation dans l’outil FuturMaster. « Sur le modèle centralisé, on a amélioré notre qualité de prévision à tel point qu’on est meilleurs  sur les produits catalogue, que les plus gros des pays. Et ce n’est pas parce qu’on est plus intelligents, c’est juste parce qu’on utilise la loi des grands nombres » conclut modestement Annie Mercier. JLR

Dossier

Au sommaire

Auteur

  • Jean-Luc Rognon

Supply Chain Magazine I Dossiers supply chain

Mutual Logistics signe avec Solinest sur son futur site de Poupry

Supply Chain Magazine I Dossiers supply chain

Poilâne adopte PTV Route Optimiser

Supply Chain Magazine I Dossiers supply chain

Rhenus Logistics accrédité Medlink Safe à Marseille

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format