Menu
S'identifier

Plan de "sobriété énergétique" : une première réunion pour le groupe de travail "transports"

Actu-Transport-Logistique.fr | Routier | publié le : 07.09.2022 | Dernière Mise à jour : 07.09.2022

green / sustainable supply chain management vector illustration.

A cette première rencontre le 6 septembre au ministère de la Transition énergétique étaient notamment présents les sociétés concessionnaires d’autoroutes, les grands ports maritimes, Voies Navigables de France (VNF), la SNCF, l’Union des aéroports français, les Aéroports de Paris et Air France.

Crédit photo j-mel - stock.adobe.com

Le 6 septembre, les acteurs des transports ont été reçus par Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique, et Clément Beaune, ministre délégué chargé des Transports. Objectif : amorcer les travaux du groupe de travail "transports" qui doit plancher sur un plan d’action qui intégrera le plan de "sobriété énergétique" évoqué par l’Exécutif en juin dernier.

C’est le 23 juin que la Première ministre, Elisabeth Borne, et la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, avaient annoncé le lancement d’un plan de "sobriété énergétique" destiné à réduire de 10 % la consommation nationale d’énergie en deux ans, puis de 40 % d’ici 2050.

Depuis, plusieurs groupes de travail ont été constitués : "Etat exemplaire", "entreprises et organisation du travail", "établissements recevant du public et les grandes surfaces commerciales", "logement", "collectivités territoriales", "numérique et télécommunications", "sports" et aujourd’hui "transports".

Un gros contributeur

A cette première rencontre le 6 septembre au ministère de la Transition énergétique étaient notamment présents les sociétés concessionnaires d’autoroutes, les grands ports maritimes, Voies Navigables de France (VNF), la SNCF, l’Union des aéroports français, les Aéroports de Paris et Air France.

"Cette réunion a permis d’interroger les opérateurs de transports sur les actions déjà déployées ou à déployer. L’enjeu est important, le domaine des transports représentant environ 30 % des consommations finales d’énergie en France", rappelle le ministère de la Transition énergétique dans un communiqué de presse.

De premières pistes

Plusieurs pistes d’actions ont été évoquées, notamment sur le versant maritime et fluvial. Parmi elles, la réduction de la consommation des écluses ou des dragues par le biais d’une réduction des vitesses et d’une évolution de la motorisation en Métropole ou la baisse de la consommation des conteneurs réfrigérés et entrepôts frigorifiques en Outre-Mer. Côté transport aérien, les actions pourraient porter sur l’optimisation de la consommation énergétique des aérogares, la mise en place de procédures au sol et en vol pour limiter la consommation de kérosène ou l’utilisation d’avions avec des moteurs moins consommateurs en kérosène.

En coulisses, le groupe de travail dispose de peu de temps de finaliser son plan d’actions dans la mesure où les résultats des concertations et les mesures opérationnelles seront rendus publics par le gouvernement fin septembre. 

Auteur

  • Diane-Isabelle Lautrédou

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format