Menu
S'identifier

Loi "mobilités" : le CESE défavorable au péage urbain

Actu-Transport-Logistique.fr | Routier | publié le : 15.11.2018 | Dernière Mise à jour : 15.11.2018

Saisi par le gouvernement, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) vient de rendre son avis sur l’avant-projet de loi d’orientation des mobilités (LOM). 

Crédit photo CESE

Saisi par le gouvernement, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) vient de rendre son avis sur l’avant-projet de loi d’orientation des mobilités (LOM). Favorable aux zones à faibles émissions (ZFE), il retoque l’idée de péage urbain.

Saisi par le gouvernement, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a passé au crible l’avant-projet de loi d’orientation des mobilités (LOM). À l’issue d’une séance plénière le 14 novembre, il a rendu public son avis considérant que le texte "marque un certain nombre d’avancées pour des meilleures réponses aux besoins de mobilité" mais "invite néanmoins à en conforter la dimension économique, sociale et environnementale."

Un instrument efficace

Plutôt favorable, à la mise en place de Zones à faible émissions (ZFE), le CESE recommande une meilleure prise en compte de la notion de "véhicule propre", notamment en matière de nuisances et de pollutions générées par la conception, l’usage et le recyclage des véhicules.

En parallèle, il juge que la taxation constitue un "instrument efficace de développement durable" dès lors qu’elle est "proportionnée et équitable". Particulièrement visée par cette prise de position sur le fléchage des taxes préconisé : la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE).

Un meilleur accès au centre-ville

Autre réserve : l’idée d’un péage urbain qui, selon lui, "renforcerait les inégalités sociales et territoriales". À ses yeux, les efforts devraient porter au contraire sur l’accès aux centres-villes "via des transports décarbonés, à faibles émissions, le plus possible de porte-à-porte et sur la base d’une concertation rassemblant toutes les parties concernées." 

Enfin, le CESE estime que le choix des futures infrastructures devrait reposer des budgets "atteignables". En clair que les "ressources de l’agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF) doivent être mises en adéquation avec les objectifs."

Auteur

  • Diane-Isabelle Lautrédou

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format