La capture et stockage de carbone, la grande absente du discours présidentiel

Le président de la République a été singulièrement discret sur la technologie de capture et stockage de CO2 dans son discours prononcé aux Assises de l'économie de la mer. La position du gouvernement semble avoir évolué sur la nature des sites de stockage qui ne seraient plus marins mais terrestres. La technologie ouvre un marché au transport de carbone.

Elle aura sans doute une place de choix dans les débats durant  la séquence internationale sur le climat, qui vient de s'ouvrir pour dix jours. La technologie de capture et stockage de CO2 (Carbon capture and storage, CCS) est longtemps restée confidentielle, ignorée des politiques publiques énergie-climat.

La technique, qui n’est pas nouvelle (dès 1972 pour le site de Terrell aux Etats-Unis) en particulier dans certains secteurs historiques (traitement du gaz naturel et engrais), est identifiée parmi les solutions décarbonation à portée. Raison pour laquelle le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) la tolère dans une phase de transition. Il est revenu récemment sur ses positions pour classer le CCS parmi les outils à impact contre le réchauffement climatique.

Selon le think tank Energy Transitions Commission, le monde pourrait avoir besoin de stocker entre 7 et 10 milliards de tonnes de CO2 par an à l’horizon 2050 (soit l’équivalent de 18 à 25 % des émissions annuelles à l’heure actuelle) pour espérer atteindre la neutralité carbone en 2050. Conformément à ce qui avait été signé à la COP21, qui doit sa notoriété à cet accord international historique sur le réchauffement climatique avec l’engagement de ramener les températures mondiales « bien en dessous » de 2°C par rapport à l'époque préindustrielle.

Consultation en cours en France

Emmanuel Macron était présent aux Assises de l'économie de la mer en ce début de semaine avant de s'envoler vers Dubaï pour la 28e conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP28), où il sera l'un des 180 chefs d'États et de gouvernements annoncés.

Il était attendu sur le sujet. En amont, les services du président l’avaient même évoqué. En France, la stratégie nationale bas carbone de 2020 (qui doit être révisée cette année) prévoit « seulement » 5 Mt de CO2 captés annuellement dans l’industrie à l'horizon 2050 grâce au CCUS. La consultation est en cours mais la position du gouvernement semble avoir évolué, étudiant davantage des stockages terrestres que marins, « en cohérence avec l’engagement du président de la République sur les grands fonds », précise l’Elysée.

« La consultation fait partie du chantier lancé par le président l'an dernier, quand il a accueilli à l'Élysée les 50 sites industriels les plus émetteurs de France, qui se sont engagés, il y a quelques jours, à réduire de 45 % leurs émissions dans le cadre des contrats de planification écologique. Emmanuel Macron est très attaché à ce que nous puissions être souverains sur cette technologie, à la fois évidemment sur la question du transport du carbone, mais aussi sur les conditions de son stockage qui doivent par ailleurs être exemplaires d'un point de vue environnemental », indiquent à ce propos les services d’Emmanuel Macron.

Un projet en France engagé

En juillet, TotalEnergies, Heidelberg Materials (matériaux et solutions de construction, ciment, granulats et béton prêt à l’emploi), Lafarge (ciment), Lhoist (production de chaux) et les deux opérateurs gaziers GRT gaz et Elengy (trois terminaux méthaniers à Montoir-de-Bretagne sur la façade atlantique, Fos Cavaou et Fos Tonkin en Méditerranée), ont lancé les études de faisabilité portant sur l’exploitation à horizon 2030 d’un projet de captage de CO2 dans le Grand-Ouest (Pays de la Loire et Nouvelle-Aquitaine), en s’appuyant sur le port de Nantes-Saint-Nazaire.

Le CO2 issu des fumées industrielles de leurs sites serait acheminé par canalisation jusqu’aux terminaux portuaires en vue d’un enfouissement dans des zones de stockage ultimes. Le site, dont la localisation n’est pas précisée, est projeté sur une capacité de 2,6 Mt par an à l’horizon 2030.

Soutenu par la région Pays-de-la-Loire, il pourrait à terme transporter et exporter jusqu’à 4 Mt de CO2 en 2050, soit plus de 75 % des émissions industrielles des deux régions, selon les industriels, qui estiment l’investissement à 1,7 Md€

Une position en Europe clivée

En Europe, la position n’est pas très claire non plus quoi qu'en dise l'association des armateurs danois Danish Shipping.

La Commission européenne organise actuellement une grande conférence à Aalborg à ce sujet, réunissant des acteurs clés dans le domaine du captage, de l'utilisation et du stockage du carbone. Cinq pays européens, dont le Danemark, ont saisi l'occasion pour présenter la déclaration d'Aalborg qui souligne notamment que le CCUS sont des outils essentiels pour lutter contre le changement climatique.

Deux projets, Norne et Bifrost, ont été désignés à cette occasion comme projets d'intérêt commun (PCI), ce qui leur permet de solliciter un soutien financier de la part de l'UE.

En amont de la COP28, les débats ont cependant été vifs entre les États membres européens. Ils se sont polarisés sur la sortie des énergies fossiles dites « unabated » ou « abated », c’est à dire non atténuées ou atténuées par des mesures comme le captage ou stockage du CO2.

La mention n’est pas neutre car la technologie est plébsicitée par l'industrie pétrogazière pour échapper, schématiquement, à la sortie définitive des énergies fossiles.

En revanche, les taux de captage des émissions nécessaires pour passer dans la catégorie des « abated » restent à la libre interprétation. La couverture de l'ensemble du cycle de vie des combustibles fossiles n’est pas davantage explicitée. L'AIE recense 200 projets susceptibles de capter 220 Mt de CO2 en 2030 en Europe (dont le projet Northern Lights en mer du Nord).

En marge de la COP26 en 2022, la France avait indiqué avoir rejoint la coalition de pays s'engageant à mettre un terme d'ici à la fin 2022 au financement à l'étranger de projets d'énergies fossiles sans techniques de capture du carbone.

44 Mt de CO2 captés en 2022

Selon un rapport de l’association Équilibre des Énergies dans un rapport publié en avril dernier, 44 Mt de CO2 ont été captés dans le monde par 35 sites en exploitation l’an dernier, soit « à peu près un millième des émissions totales annuelles de CO2 d’origine humaine recensées sur la planète », précise l’organisation. La plupart étaient orientés vers la récupération assistée du pétrole et seuls six d’entre eux se sont apparentés à un véritable stockage géologique.

Une filière qui s’organise

Mais compte tenu des niveaux de prix de la tonne de CO2 (100 € depuis février par exemple sur le marché européen) la rentabilité des projets peut s’envisager avec plus de sérénité d’autant plus que les techniques se sont améliorées et que les coûts du transport de CO2 (que ce soit par pipeline ou la mer) sont mieux maîtrisés.

Ajoutés à la pression réglementaire, le CCS rencontre plus d’écho alors qu’il fait l’objet aussi d’un soutien financier européen (Innovation Fund, Connecting Europe Facility, programme Horizon Europe). La Commission européenne estime qu’il faudrait capter 330 à 550 Mt de CO2 en 2050 dans le cadre d'un « scénario à + 1,5°C ».

Pour permettre aux dispositifs CCUS d'atteindre la rentabilité, Équilibre des Énergies estime à 160 €/t le prix du CO2 sur le marché carbone européen.

Un modèle organisé en « hubs and clusters », selon la dénomination assez parlante d’Équilibre des Énergies, se profile. « Alors que l’on raisonnait jusqu’à présent en filières intégrées allant de la source émettrice au site de stockage, la chaîne de valeur du CCUS tend à se décomposer, au moins en Europe ». En amont, l’acheminement du CO2 récupéré depuis les sites industriels par pipeline vers des hubs, généralement situés en bordure des côtes. Et en aval, des opérateurs – généralement des compagnies pétrolières telles que TotalEnergies, BP, Shell, Eni, Equinor –, prennent en charge le CO2 au niveau des hubs portuaires « dans une approche CO2 as a service » pour le transporter par la mer vers des sites de stockage en mer.

Dans cette perspective, une nécessité fera loi tout en étant un frein au développement de la technologie : la ratification par tous les pays concernés de l’amendement de 2006 à la Convention de Londres de 1976 sur la prévention de la pollution des mers résultant de l’exportation de déchets « afin que le CO2 cesse d’être considéré comme un déchet ».

Adeline Descamps

Lire aussi

Une nouvelle joint-venture à grande échelle dans le transport de CO2 liquéfié

CO2 liquéfié, une flotte à construire

Greensand : l’injection de CO2 en Mer du Nord ouvre la voie au transport maritime de CO2 liquéfié

Mitsubishi à la manœuvre d'un navire de démonstration pour le transport de CO2 liquéfié

NYK et Knutsen se lancent dans le transport de CO2 liquéfié

MOL et K Line se lancent dans le transport de CO2 liquéfié

Effervescence autour du transport maritime de CO2 liquéfié
 

Marchés

Shipping

Boutique
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15