Menu
S'identifier

Getlink : en attendant le Brexit, les camions sont moins nombreux

Actu-Transport-Logistique.fr | Ferroviaire | publié le : 24.07.2019 | Dernière Mise à jour : 24.07.2019

"Je vous confirme que l’on se dirige vers le no deal", annonce, avec assurance, Jacques Gounon.

Crédit photo DR

Jacques Gounon a présenté, le mardi 23 juillet, les chiffres de Getlink au premier semestre 2019. Tous les indicateurs sont au vert à l’exception de l’Ebitda et de l’Ebit. Le leader du Transmanche se prépare activement à un "no deal" dans le cadre du futur Brexit. Le trafic des camions a connu un léger fléchissement sur la période.

Diverses études, notamment allemandes, font état de l’existence future de files ininterrompues de camions sur le sol anglais, sur plusieurs dizaines de kilomètres, quand le Royaume-Uni sortira définitivement – s’il en sort – de l’Union européenne, le 31 octobre prochain. Jacques Gounon ne veut pas se résoudre à ce scénario catastrophe. Au contraire. Le patron de Getlink a présenté à la presse, le mardi 23 juillet, un scénario fondamentalement optimiste. Y compris en cas de Brexit dur. "Je me réjouis que ce type d’études alarmistes ait pu circuler. Cela a eu pour effet de mettre la pression sur les administrations, des deux côtés, pour faire avancer les formalités. La mobilisation des responsables douaniers français et anglais est totale. Et puis, les transporteurs ont de plus en plus recours au groupage, ce qui met de l’huile dans les rouages", a déclaré Jacques Gounon.

Des investissements massifs

Lequel a annoncé des investissements massifs (15 M€ en année pleine et 7 M€ en personnel) pour, notamment, la création de parkings. Le dirigeant en est convaincu : le recours massif aux nouvelles technologies, dans lequel s’est engagé Getlink, constituera la meilleure des garanties pour, dans un schéma de "frontière agile", assurer la fluidité des futurs flux de camions post-Brexit. On parle là d’investissements dans les installations douanières, de systèmes informatiques, de pit stop (stands)… "Je vous confirme que l’on se dirige vers le no deal", annonce, avec assurance, Jacques Gounon. Des marches à blanc dans le cadre d’un hard Brexit sont programmées pour la fin du mois d’août.

Le chiffre d’affaires du groupe a progressé de 2 % au premier semestre, à 523 M€ (Eurotunnel + Getlink + Europorte, la filiale ferroviaire). Le groupe estime à 10 M€ le manque à gagner causé par la grève des douaniers français en début d’année. Et à 3 M€ l’impact du Brexit sur sa structure de coûts. Malgré un Ebitda (- ​​​​​​​2 ​​​​​​​%) et un Ebit (- ​​​​​​​5 ​​​​​​​%) en recul, Getlink a vu son profit net consolidé progresser de 5 ​​​​​​​%, à 41 ​​​​​​​M€. Le trafic de camions s’est replié de 4 ​​​​​​​% (810 ​​​​​​​000 contre 845 ​​​​​​​000 au 1er semestre ​​​​2018) "lié à l’industrie et à l’automobile" ainsi qu’à "la résistance des flux de marchandises périssables et du e-commerce".

Europorte sur les rails de la rentabilité

"Le fret ferroviaire est un métier qui peut bien fonctionner. Il est d’avenir. Nous sommes portés par les enjeux sociétaux", déclare Jacques Gounon, qui annonce la mise en circulation de 1 166 ​​​​​​​​​​​​​​trains de marchandises au cours du premier semestre 2019 (1 060 sur la même période en 2018). Le chiffre d’affaires d’Europorte a vu ses ventes progresser de 10 ​​​​​​​% (66 M€) au premier semestre. Son Ebitda a grimpé de 12 % à 13 M€. Le groupe a distribué 193 M€ de dividendes à ses actionnaires au 1er semestre 2019 (+ 20 %).

Auteur

  • Slimane Boukezzoula

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format