Menu
S'identifier

Getlink : des résultats historiques en 2018 mais le Brexit reste en embuscade

L'Officiel des Transporteurs | Ferroviaire | publié le : 25.02.2019 | Dernière Mise à jour : 26.02.2019

"Nous avons travaillé sur tout ce qu’il sera nécessaire à faire le 29 mars à minuit", a déclaré Jacques Gounon.

Crédit photo Getlink

Le groupe Getlink (ex-Eurotunnel) vient de confirmer une fois de plus sa performance financière en 2018. Cependant, il concède qu’il risque un léger recul de ses résultats en 2019 en raison du Brexit.

Un chiffre d'affaires en hausse de + 5 % à 1,079 milliard d’euros, un Ebitda en hausse de + 9 %, un bénéfice net consolidé à 130 millions d’euros, soit une augmentation de + 16 %, une forte génération de Free Cash Flow en hausse de 16 millions d’euros. Avec de tels chiffres, on comprend aisément pourquoi Jacques Gounon, le Pdg de Getlink, qualifie l’année 2018 "d’exceptionnelle d’un point de vue opérationnel et financier" ! Même Europorte, la filiale du groupe spécialisée dans le fret ferroviaire, affiche des résultats positifs avec un CA en hausse de + 3 %. Elle se targue d’être "le seul opérateur de fret ferroviaire rentable en France". Si tout semble aller pour le mieux dans la situation économique de Getlink, le Brexit risque d’écorcher ses performances. Le groupe reconnaît que la situation politique du Royaume-Uni crée une incertitude de nature à affecter son activité sur les premières semaines qui suivront la date de sortie de cet État, soit le 29 mars. Il s’attend donc à une année blanche en termes de croissance en 2019.

Préparation sans relâche au Brexit

Getlink a bien entendu élaboré des plans destinés à faire face au Brexit. "Nous avons travaillé sur tout ce qu’il sera nécessaire à faire le 29 mars à minuit", a déclaré Jacques Gounon. Eurotunnel, la filiale qui gère le Shuttle, a déjà lancé la campagne #BrexitAndBeyond à destination des clients et des autorités. Le groupe envisage de recruter une centaine d’employés intérimaires pour accompagner des camions qui seraient perdus face aux nouvelles procédures dues à la sortie du Royaume-Uni. S’agissant précisément des marchandises, le groupe compte privilégier les clients en situation de "brexit ready", c’est-à-dire les transporteurs qui ont fait le nécessaire pour être prêts en termes de formalités.

"Pas de route alternative pour le fret hors du détroit "

"Il n’y aura pas de route alternative pour le fret hors du détroit ", a aussi prévenu Jacques Gounon. Un avertissement pour les clients professionnels qui pourraient chercher d’autres voies pour rejoindre la Grande-Bretagne. Pour le Pdg, "le Brexit ce n’est pas plus de contrôle, ce sont de nouvelles tâches administratives ". Le groupe prévoit des perturbations au 2e trimestre mais il estime que les usagers devraient rapidement adopter les nouvelles procédures. Par conséquent, "après le 2e semestre 2019, tout va rentrer dans l’ordre", a affirmé Jacques Gounon. Sûr de lui, le groupe Getlink n’a pas l’intention de changer de stratégie commerciale quel que soit l’impact du Brexit. Il projette d’augmenter les dividendes des actionnaires à hauteur de + 20 % en 2019.

Auteur

  • Samorya Wilson

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format