Menu
S'identifier

Brexit : l'ordonnance sur la sécurité ferroviaire transmanche passe en Conseil des ministres

Actu-Transport-Logistique.fr | Ferroviaire | publié le : 14.02.2019 | Dernière Mise à jour : 14.02.2019

L’ordonnance proposée prévoit de confier à l’établissement public de sécurité ferroviaire (EPSF) son rôle sur la partie française et de réactualiser celui de la CIG une fois le Royaume-Uni sorti de l’UE.

Crédit photo Groupe Eurotunnel

Lors du Conseil des ministres du 13 février, la ministre chargée des Transports, Élisabeth Borne a présenté une ordonnance sur la sécurité ferroviaire pour préparer la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. 

Après le transport routier la semaine dernière, c’est au ferroviaire de figurer à l’ordre du jour du Conseil des ministres. En effet, la ministre chargée des transports, Élisabeth Borne, a présenté une ordonnance sur la sécurité ferroviaire dans le tunnel sous la Manche en vue de préparer le retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE).

Le problème de la gouvernance partagée

Sur ce volet, la principale problématique tourne autour du rôle de la commission intergouvernementale (CIG) initialement créée par le traité de Cantorbéry pour suivre, au nom des deux gouvernements, les questions liées à l’exploitation de la liaison fixe. Ce rôle avait été renforcé par le droit européen sur la sécurité et l’interopérabilité ferroviaire, ce qui a permis aux deux États de désigner la CIG pour assurer le rôle d’autorité binationale de sécurité de la liaison fixe. "Après la sortie du Royaume-Uni, la CIG n’étant plus désignée par deux États membres, mais par un État membre, la France, et un pays tiers, le Royaume-Uni, elle ne pourrait plus exercer les compétences dévolues par le droit européen", a indiqué le gouvernement dans son compte rendu.

Garder les agréments de sécurité 3 mois

Par conséquence, l’ordonnance proposée prévoit de confier à l’établissement public de sécurité ferroviaire (EPSF) ce rôle sur la partie française et de réactualiser celui de la CIG une fois le Royaume-Uni sorti de l’UE.

Autre volet de cette proposition : une mesure de garantie de validité des agréments de sécurité pour certaines parties de l'infrastructure ferroviaire, comme le tunnel sous la Manche, pendant trois mois. L’idée est ici de "permettre la mise en place de solutions à long terme."

Auteur

  • Diane-Isabelle Lautrédou

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format