Menu
S'identifier

Fret ferroviaire : L’Etat commence à confirmer ses engagements

Actu-Transport-Logistique.fr | Ferroviaire | publié le : 22.06.2021 | Dernière Mise à jour : 21.06.2021

La modernisation / extension des terminaux combiné existants permettra d’accompagner la dynamique actuelle de croissance du trafic. 

Crédit photo OC

Une nouvelle réunion organisée le 14 juin 2021 entre la Direction générale des Infrastructures, des Transports et de la Mer (DGITM) et l’alliance 4F a permis de confirmer le soutien fort de l’Etat quant au volet fret ferroviaire du plan de relance. Mais des inconnues demeurent sur les autres contributeurs d’un projet global portant sur 1 milliard d’euros.

Le temps du ferroviaire reste un temps long. Une nouvelle preuve en a, en effet, apportée le 14 juin 2021 avec la présentation par la Direction générale des Infrastructures, des Transports et de la Mer (DGITM) à l’alliance 4F des premières mesures concernant le volet fret ferroviaire du plan de relance. Or ce dernier a été dévoilé en septembre 2020.

C’est donc avec retard par rapport à des besoins sans cesse grandissants – certains opérateurs du transport combiné prévoyant une croissance du trafic supérieure à 10 % par rapport à 2019 – que ces mesures pourraient commencer à être mises en œuvre. 

Un milliard d’euros

Rappelons ici que le volet ferroviaire du plan de relance s’élève à 4,7 milliards d’euros (Md€). Au-delà des financements déjà programmés, soit 250 millions d'euros (M€), le plan de relance comprend un montant identique d’investissements complémentaires spécifiques au fret

L’engagement total de l’Etat est donc de 500 M€. À ce montant, il convient d’ajouter les 500 M€ de cofinancement attendus émanant notamment des collectivités et de l’Union européenne. Au global, c’est donc une somme de 1 milliard d’euros qui devrait bénéficier au fret ferroviaire

Mais les professionnels du secteur réunis le 14 juin dernier ont également apprécié la confirmation des 210 M€ d’aides pour financer les surcoûts liés à une meilleure prise en compte par SNCF Réseau des circulations fret lors des travaux menés sur le Réseau Ferré National (RFN).  

Les installations en pointe

Plus en détail, le milliard d’euros d’investissement couvre six items. La somme la plus forte, soit 250 M€, revient aux installations terminales. Et le calendrier est en bonne voie puisque six projets (dont le terminal autoroute ferroviaire de CargoBeamer) sont déjà validés pour un montant de 117 M€.  Le second poste bénéficiant de la plus grosse contribution avec 205 M€ est la régénération des lignes capillaires fret. Huit projets sont déjà validés à ce stade pour un montant de 33,75 M€. Cela servira à rénover 160 km de lignes environ.

L’amélioration du réseau emprunté par les autoroutes ferroviaires en termes de gabarit est un autre axe fort de l’engagement de l’Etat. Deux cents millions d’euros y seront consacrés. Il y aura, par exemple, une augmentation de gabarit permettant le passage des convois P400 sur l’axe Atlantique.   

La modernisation des voies de service… trop longtemps délaissées et des installations de tri mobilisera également une somme importante. Ces 160 M€ comprendront, en particulier, la modernisation du triage de Miramas et des voies de service de Gevrey-Perrigny.  Les autoroutes ferroviaires bénéficieront de 100 M€ supplémentaires au plan des trains lourds et longs. 

Une inconnue néanmoins

Enfin, indispensable pour se mettre au niveau des services déjà offerts par le transport routier, la digitalisation disposera d’une enveloppe de 85 M€. Il devrait en découler une multitude d’avantages dont la garantie d’offrir, ainsi, une meilleure capacité au fret ferroviaire, une amélioration de la régularité des convois et la mise à disposition d’un portail client unique. 

Grâce à cette réunion, les membres de 4F ont donc pu avoir la confirmation de la bonne prise en compte par l’Etat de leurs attentes. Des inconnues subsistent, toutefois, quant aux engagements des autres contributeurs dans le cadre de ce même plan de relance... en attendant le plan stratégique de développement, demandé par la loi d’orientation des mobilités (LOM), et dont le projet chemine dans les services de l’Etat pour publication cet été

Auteur

  • Olivier Constant

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format