Menu
S'identifier

France Logistique 2025 : première réunion du conseil d'orientation et de suivi

Supply Chain Magazine | Supply Chain | publié le : 22.03.2017

La première réunion du conseil d'orientation et de suivi de la démarche France Logistique 2025 rassemblait plus de 60 présidents et responsables des organisations représentatives de la filière logistique.

Crédit photo © Jean-Luc Rognon

Une soixantaine de personnalités de la filière logistique ont participé le 21 mars à la première réunion du conseil d'orientation et de suivi de la démarche France Logistique 2025. Un document-cadre liste une multitude d'objectifs qui doivent conduire la France dans le Top 5 mondial.

Alain Vidalies, secrétaire d'État aux transports et Nicolas Lermant, chef de service à la DGE (Direction Générale des Entreprises), ont pu s'exprimer publiquement le 21 mars lors de la première réunion du Conseil d'orientation et de suivi de "France Logistique 2025",  juste avant d'entrer dans la période de "réserve électorale" des fonctionnaires de l'État.

Graver la logistique dans les politiques publiques

"Nous avons besoin des regards croisés des uns et des autres. Avec ce Conseil, lieu d'échanges et de dialogue, l'objectif est d'inscrire cette thématique comme politique publique dans la durée, de donner une visibilité de la logistique et de suivre le cadre fixé. Il a vocation à suivre de manière périodique l'avancement des travaux de l'ensemble des acteurs, en particulier de l'État, inscrits dans France Logistique 2025", a déclaré Alain Vidalies en ouverture de cette réunion, qui rassemblait plus de 60 présidents et responsables des organisations représentatives de la filière logistique (fédérations professionnelles, syndicats, associations professionnelles, ministères concernés, collectivités régionales, responsables académiques).

Le ministre a également rappelé qu'un tableau de suivi des actions de l'État serait en ligne, dans le cadre de la mise en place d'un réseau d'observation de la logistique en France. Lancée au début de l'année, la "phase de préfiguration" de ce réseau est pilotée par Michel Savy (professeur émérite à l'université Paris-Est). Elle réunit l'IFSTTAR (Institut français des sciences et technologies des transports, de l'aménagement et des réseaux), le Conseil national routier, le service statistique du ministère (SOeS), ainsi que Laurent Grégoire, Président de la section thématique Logistique & Supply Chain de la CNS (Commission Nationale des Services).

Un projet exemplaire de coopération

De son côté, Nicolas Lermant, qui représentait Christophe Sirugue, le Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances chargé de l'Industrie, du Numérique et de l'Innovation, a salué la création de ce conseil d'orientation et de suivi en tant que "projet exemplaire de coopération entre départements ministériels, collectivités territoriales, entreprises, représentants des salariés, et l'ensemble des acteurs de la formation". "Ce conseil d'orientation et de suivi que nous installons aujourd'hui précède le comité de filière logistique qui sera un autre élément du dispositif, une autre pièce du puzzle et qui le complétera une fois mis en place", a-t-il précisé.

"Nous avons bâti les fondations, donné un cap, posé les jalons d'une politique publique et maintenant il va falloir qu'elle se poursuive. Je sais que l'administration continuera à être un moteur dans cette démarche", a repris Alain Vidalies. François-Michel Lambert, député et président de la Conférence Logistique, a tenu quant à lui à rendre un hommage appuyé au ministre en conclusion de la réunion : "Alain Vidalies restera dans l'Histoire pour avoir fait entrer la logistique au plus haut niveau de l'État".

Lire l'intégralité de l'article dans la newsletter Supply Chain Magazine du 22 mars 2017.

47 pages, 246 propositions

La Stratégie nationale "France logistique 2025" est désormais publique sous forme d'un document-cadre.

Fruit de la réflexion collective menée depuis 2014, ce document très dense recense en 47 pages les principales mesures identifiées par les différents acteurs. Toutefois, l'impression d'ensemble donne quelque peu le vertige face à la multitude d'objectifs recensés, au nombre impressionnant de 246, si nous avons bien compté ! Le tout sans aucune véritable hiérarchisation des priorités pour atteindre l'objectif final, qui est de faire figurer la France en 2025 dans le top 5 des pays dans le classement logistique de la banque Mondiale, au lieu du 16è rang actuel. Pourquoi ce choix ou plutôt cette absence de choix de la part de l'Etat ? Même si le sujet n'a pas été évoqué, il semble qu'il soit fortement lié aux changements entraînés par l'entrée en vigueur de la loi NOTRe (nouvelle organisation territoriale de la République), qui en plus de la création des super régions, renforce leurs responsabilités et leurs compétences notamment en matière de développement économique, de formation professionnelle, de transports et de logistique. D'où la nécessité de trouver une nouvelle gouvernance entre l'État et les super régions.

JLR

Auteur

  • Jean-Luc Rognon

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format