Menu
S'identifier

Le Sénat dit non à la vignette poids lourd dans la loi LOM

Actu-Transport-Logistique.fr | Routier | publié le : 07.03.2019 | Dernière Mise à jour : 07.03.2019

La priorité des sénateurs a été de s’attacher au financement des grandes mesures que ce projet de loi énonce.

Crédit photo Nicolas Grumel

Hervé Maurey, président de la Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable, et Didier Mandelli, rapporteur du projet de Loi d’orientation des mobilités, ont présenté le 7 mars les principales orientations des travaux de la commission lors de l'examen du projet de Loi d’orientation des mobilités. ​​​​​​​L’amendement sur la vignette poids lourd, que dénonçaient les organisations du transport routier, n’a pas été adopté.

La commission de l’aménagement du territoire et du développement durable du Sénat a examiné le projet de Loi d’orientation des mobilités (LOM) le 6 mars, et a modifié le texte initial rédigé par le ministère des Transports. Sur les 620 amendements présentés par des parlementaires, 240 ont été adoptés. L’amendement sur la vignette poids lourd, que dénonçaient les organisations du transport routier, n’a pas été adopté. La priorité des sénateurs a été de s’attacher au financement des grandes mesures que ce projet de loi énonce. "Ce texte est louable, mais le financement n’est pas prévu", regrette le sénateur Hervé Maurey, président de la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable, pointant du doigt la ministre des Transports Elisabeth Borne. "Il est surprenant de constater qu’il reste à trouver 500 millions d’euros par an pour le financement et l’entretien des infrastructures routières. Le gouvernement ne l’a pas anticipé."

Pas de vignette dans la loi

C’est l’un des sujets brûlants autour de la LOM : trouver des ressources supplémentaires pour l’entretien des routes. Un sénateur Les Républicains a proposé un amendement sur l’instauration d’une vignette pour les poids lourds étrangers. "Cet amendement n’a pas été retenu", déclare le sénateur Didier Mandelli, qui est le rapporteur au sein de la commission. "Nous n’avons pas la volonté de créer une nouvelle taxe." 

Hold-up

La commission sénatoriale a préféré modifier le projet de loi dans le but d’affecter l’intégralité du produit de la hausse de la taxe sur les carburants (TICPE), décidée en 2014 à la suite de l’abandon de l’écotaxe, aux ressources de l’Agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF), qui gère une partie de l’entretien du réseau routier. "Il est inutile de créer une nouvelle taxe, en revanche il faut faire cesser le hold-up de Bercy", souligne Hervé Maurey, dénonçant l’utilisation de la ressource TICPE à d’autres fins.

Verdict en juin prochain

Ce n’est pas pour autant la fin du feuilleton sur la vignette poids lourd : après cet examen en commission sénatoriale, le projet LOM va passer en séance publique au Sénat fin mars. Il ira ensuite à l’Assemblée nationale pour être examiné par les députés, et l’adoption définitive de la loi est prévue pour le mois de juin 2019. D’ici là, d’autres parlementaires pourront glisser un amendement "vignette".

Auteur

  • Nicolas Grumel

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format