Menu
S'identifier

Le salaire minimum va augmenter en Allemagne, des répercussions sur la logistique

Actu-Transport-Logistique.fr | Routier | publié le : 24.03.2022 | Dernière Mise à jour : 24.03.2022

L’hôtellerie, la restauration mais aussi la logistique sont les secteurs les plus concernés.

Crédit photo publicdomainpictures.net

C’était l’une des principales promesses électorales du chancelier Social-démocrate allemand Olaf Scholz. Le salaire minimum allemand -actuellement de 9,82 euros de l’heure– sera porté à 10,45 euros au 1er juillet et à 12 euros au 1er octobre.

C’était l’une des principales promesses électorales du chancelier Social-démocrate allemand Olaf Scholz. Le salaire minimum allemand -actuellement de 9,82 euros de l’heure– sera porté à 10,45 euros au 1er juillet et à 12 euros au 1er octobre. Au total, 6 millions de personnes vont directement profiter de cette augmentation ainsi que les 2,6 millions de salariés du pays touchant moins de 12 euros de l’heure.

L’hôtellerie, la restauration mais aussi la logistique sont les secteurs les plus concernés. "Les conducteurs de camions, un marché confronté à une grave pénurie de routiers, ne sont pas vraiment concernés, confirme Dirk Engelhardt, le président de la fédération des transporteurs BGL. Ils gagnent déjà plus de 12 euros de l’heure."

Un défi

Pour la logistique et le secteur des livraisons par contre, cette nouvelle hausse du salaire minimum est un défi. Le secteur est régulièrement accusé par les syndicats de pratiquer des salaires inférieurs au salaire minimum. Les services de livraison DPD et Hermes sont notamment visés par le syndicat des services Verdi, qui les accuse de recourir à des sous-traitants polonais payés au paquet livré et sans cotisations sociales. "Seuls 120 des 11 000 coursiers de DPD sont des salariés directs de l’entreprise", dénonce Verdi.

Mêmes accusations à l’encontre des centres de logistique, notamment ceux d’Amazon, régulièrement épinglés par les partenaires sociaux. Pour ces secteurs, la pression sur les salaires, aggravée par la prévision d’un taux d’inflation proche de 6 % cette année, pourrait rendre les recrutements plus difficiles sans révision des salaires à la hausse.

Le salaire minimum avait finalement été introduit en Allemagne en janvier 2015, après des années de débats autour des "salaires immoraux" versés dans certaines branches telles que la restauration, où des salaires de 5 euros de l’heure étaient monnaie courante. La chancelière Angela Merkel, longtemps réticente, avait du céder face aux pressions de son partenaire de coalition et des syndicats.

Auteur

  • Nathalie Versieux

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format