Menu
S'identifier

France Benne

Le groupement France Benne s’engage avec Oleo100

Actualités | publié le : 29.06.2020 | Dernière Mise à jour : 29.06.2020

L’absence d’un véritable réseau d’approvisionnement à l’échelle nationale contraint les transporteurs à se limiter à la courte et à la moyenne distances.

Crédit photo DR

Le biocarburant 100 % colza a le vent en poupe et séduit de plus en plus de transporteurs, notamment dans le secteur du vrac. France Benne devient le premier groupement du transport  routier à s’engager avec Oleo100.

"Une cohérence entre l’utilisation d’un produit 100 % agricole et 100 % français et un acteur du vrac en prise directe avec le monde agricole." C’est en ces termes que Didier Ramette explique l’engagement de France Benne auprès d’Oleo100, la solution développée par le groupe Avril et qui se présente "comme la première énergie 100 % végétale, renouvelable, tracée et française". Le président de France Benne – le premier groupement de transport routier en France à se positionner formellement sur ce biocarburant – a signé le 23 juin un partenariat avec Oleo100. France Benne s’engage à favoriser le recours à ce biocarburant dans ses rangs.

Un coût identique à celui du gazole

Pour l’heure, 10 adhrents se sont convertis à l’Oleo100. Sébastien Voisin, dirigeant des Transports Blondel-Voisin, appartient au premier cercle des utilisateurs (depuis mai 2019). Le transporteur normand a déjà converti la moitié de sa flotte (100 véhicules) à cette énergie : "C’est un produit qui présente la particularité d’être propre et non dangereux. Son coût est identique à celui du gazole. Pour nous, la conversion a été facilitée par le fait que notre parc Euro V était compatible, ce qui est plus compliqué avec les Euro VI."

L’absence d’un véritable réseau d’approvisionnement à l’échelle nationale contraint les transporteurs à se limiter à la courte et à la moyenne distances. "L’un des enjeux va être de créer un réseau. Nous aurons franchi un pas le jour où nous y serons parvenus car, actuellement, l’approvisionnement du produit est limité aux flottes captives", souligne Didier Ramette. Le rapprochement avec un autre groupement pourrait constituer un des leviers pour parvenir à cet objectif de réseau.

Lire l'intégralité de l'article (accès réservé) dans L'Officiel des Transporteurs n°3027 du 26 juin 2020.

Auteur

  • Slimane Boukezzoula

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format