Menu
S'identifier

Isabelle Maître, FNTR : "Nous redoutons une double taxation du CO2 pour les transporteurs"

L'Officiel des Transporteurs | Routier | publié le : 29.06.2021 | Dernière Mise à jour : 29.06.2021

Isabelle Maître, déléguée permanente de la FNTR à Bruxelles.

Crédit photo DR

Isabelle Maître, déléguée permanente de la FNTR à Bruxelles, décrypte l'accord provisoire sur l'Eurovignette auquel les parlementaires européens sont parvenus mi-juin. Ce dernier prévoit de remplacer le système de vignette par un système de tarification à l'usage des routes. Explications.    

L’Officiel des transporteurs : Quel est pour vous le sens de l’accord provisoire sur l’Eurovignette ?

Isabelle Maître : Cet accord a été obtenu à l’arraché tard dans la nuit du 15 au 16 juin : il était sur la table des colégislateurs depuis 2017. Il fait partie du paquet Mobilité, à l’instar du volet social déjà adopté. Si la France n’est pas concernée par la fin programmée des vignettes, sept pays européens le sont encore, comme le Danemark ou les Pays-Bas, qui devraient progressivement sur huit ans remplacer les vignettes par des péages au kilomètre parcouru.

Mais le point clé pour les transports routiers de marchandises dans ce futur texte est qu’une nouvelle tarification sur l’usage des routes s’appliquera en fonction des émissions de CO2, pour favoriser les véhicules à zéro émission ou à basses émissions. Cela nous préoccupe.

L'O.T. : Pour quelles raisons ?

I. M. : Une nouvelle tarification en fonction des émissions de CO2 favoriserait en priorité les véhicules électriques ou à l’hydrogène. Or, cela reste difficile à respecter tant qu’ils ne sont pas opérationnels sur de longues distances et tant qu’un réseau d’avitaillement pour ces véhicules n’est pas déployé à grande échelle. Il faut que les transporteurs aient le temps et les moyens de renouveler leur flotte.

En outre, nous n’avons pas d’assurance quant à l’affectation du produit de cette tarification : sera-t-elle vraiment utilisée pour entretenir les routes et, par exemple, développer des équipements d’avitaillement alternatifs ? Cette affectation fléchée des revenus n’est qu’une recommandation aux États membres, pas une obligation.

Lire l'intégralité de l'interview (accès réservé) dans L'Officiel des Transporteurs n°3073 du 25 juin 2021.

Auteur

  • Florence Roux

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format