Menu
S'identifier

Total et Mol affrètent le 1er navire avitailleur GNL qui opérera en France

Actu-Transport-Logistique.fr | Maritime | publié le : 10.12.2019 | Dernière Mise à jour : 10.12.2019

Le GNL permet la réduction de 99 % des émissions de soufre et particules fines, 85 % des émissions d’oxydes d’azote et 20 % des émissions de gaz à effet de serre. 

Crédit photo Total

Total confie à Mitsui O.S.K. Lines (Mol) et Gazocean le soin d’affréter un micro-méthanier qui sera positionné à Fos pour fournir du GNL marin en Méditerranée en 2021 et non plus 2020.

Le projet prend du retard. Conformément au contrat signé début 2018 entre la filiale du groupe Total, Total Marine Fuels Global Solutions (TMFGS), et Mitsui O.S.K. Lines (Mol), le navire avitailleur en gaz naturel liquéfié (GNL), devait arriver l'an prochain. Il est maintenant attendu... en 2021 et sera positionné dans la région de Marseille-Fos

Affichant une capacité de 18 600 m³, une longueur de 135 mètres, ce micro-méthanier sera livré en 2021. Il sera lui-même propulsé au GNL et doté d’un système de reliquéfaction des gaz d’évaporation. Cet accord fait suite au lancement, le mois dernier à Shanghai, du premier navire avitailleur GNL de Total, qui fournira en GNL carburant les porte-conteneurs de 23 000 EVP de CMA CGM en Europe du Nord.

99 % d’émission de soufre en moins

Le navire sera co-opéré sous pavillon français par Mol et la société marseillaise Gazocean, compagnie pionnière dans le transport de GNL. La construction de ce navire avitailleur GNL arrive avec la décision de l’Organisation Maritime Internationale (OMI) de limiter drastiquement le taux de soufre dans les carburants marins dès 2020.

Un moyen de lutter contre l’utilisation de mélanges bon marché de résidus de raffinage et de distillation du pétrole brut, faisant du transport maritime le plus gros émetteur de soufre mondial.

Une solution compétitive

Chiffres à l’appui, les associations environnementales ne cessent de dénoncer des pics de pollution de l’air pour les populations du littoral et des villes portuaires comme à Marseille ou Ajaccio. "Dans ce contexte, la transition du fioul lourd vers le GNL dans le transport maritime apparaît comme la solution compétitive et immédiatement disponible la plus efficace", indique le groupe Total.

Le GNL permet la réduction de 99 % des émissions de soufre et particules fines, 85 % des émissions d’oxydes d’azote et enfin d’environ 20 % des émissions de gaz à effet de serre. 

Des acteurs de premier plan 

Total est le deuxième plus grand acteur privé de GNL au monde, avec un portefeuille global de près de 40 Mt/an à l’horizon 2020 et une part de marché mondiale de l’ordre de 10 %.

Mol opère, pour sa part, une flotte de 700 navires, dont une centaine spécialisés dans le GNL, soit la plus grande flotte spécialisée au monde."Au cours des dernières années, le rôle du GNL a considérablement évolué. Il s'agit d’une source d’énergie propre. Nous tablons sur un renforcement de son utilisation comme carburant marin, ce qui nous permet d’entrevoir une croissance significative à l’avenir", souligne Kenta Matsuzaka, directeur général de Mol.

Auteur

  • Grégoire Hamon

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format