Menu
S'identifier

Les acteurs de la filière maritime militent pour une prorogation du règlement régissant le partage de navires

Actu-Transport-Logistique.fr | Maritime | publié le : 05.10.2022 | Dernière Mise à jour : 05.10.2022

Les organisations rappellent que cette révision intervient dans un contexte marqué par une crise mondiale sans précédent.

Crédit photo CMA CGM

À l’heure où la Commission européenne planche sur la prorogation du règlement d’exemption par catégorie des consortiums (CBER) qui régit le partage de navires, trois acteurs du secteur militent pour son maintien.

Actuellement en cours d’examen par la Commission européenne, le règlement d’exemption par catégorie des consortiums (CBER) actuel, qui régit le partage de navires, arrive à expiration le 25 avril 2024. Adopté en 2009 pour une durée de cinq ans, le CBER a été prorogé en 2014 puis 2020. S’appliquant uniquement aux transporteurs maritimes dont la part de marché est inférieure à 30 %, il autorise seulement les accords de partage de navires destinés à améliorer l'efficacité des services maritimes et interdit l'échange d'informations sur les tarifs.

Réduire les émissions

Dans le cadre de l'examen législatif actuellement en cours, le Conseil mondial de la marine marchande (WSC), la Chambre internationale de la Marine marchande (ICS) et l’Association des armateurs asiatiques (ASA) ont soumis leur contribution à la Commission européenne, "appelant à un renouvellement du CBER et démontrant comment le partage de navires contribue aux objectifs politiques de l'Union européenne de réduction des émissions des transports, d'augmentation de la compétitivité et d'amélioration de l'efficacité pour réduire les coûts".

Élargissant la gamme de destinations et de services disponibles pour les clients et réduisant l'espace vide à bord des navires, "le partage de navires recherche, à l'instar des transports publics et des systèmes de covoiturage, à maximiser l'efficacité et réduire les émissions", explique Yuichi Sonoda, secrétaire général de l'Association des armateurs asiatiques.

Un contexte d'augmentation des prix

Les organisations rappellent également que cette révision intervient dans un contexte marqué par une crise mondiale sans précédent. "Le COVID-19 a perturbé la chaîne d'approvisionnement dans le monde entier, créant d'importants goulots d'étranglement dans les terminaux maritimes, les entrepôts et les centres de distribution. Ces problèmes ont à leur tour provoqué des blocages de navires en dehors des ports, réduisant considérablement la capacité effective du marché (...) La fiabilité a souffert et les prix ont mécaniquement augmenté." D’où l’importance, à leurs yeux, de conserver ces accords de partage de navire.

Auteur

  • Diane-Isabelle Lautrédou

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format