Menu
S'identifier

Le port Rostock inaugure un nouveau terminal pour voitures

Actu-Transport-Logistique.fr | Maritime | publié le : 17.10.2022 | Dernière Mise à jour : 17.10.2022

Cette infrastructure s’étend sur 75 000 m2 et peut accueillir 3 .200 voitures.

Crédit photo Robert Grahn/Euroluftbild/dpa/picture-alliance

Rostock, dans le nord de l’ex-RDA, ambitionne de devenir l’une des principales plaques tournantes pour les transports de l’industrie automobile en Allemagne. La ville vient d’inaugurer sur le site de son port, situé sur la mer Baltique, un nouveau terminal destiné aux constructeurs nationaux.

Rostock, dans le nord de l’ex-RDA, entend devenir l’une des principales plaques tournantes de l’Allemagne pour les transports de l’industrie automobile. La ville vient d’inaugurer sur le site de son port, situé sur la mer Baltique, un nouveau terminal destiné aux constructeurs allemands. Cette infrastructure réalisée en moins de deux ans, "l’une des plus modernes d’Europe", selon le gestionnaire, s’étend sur 75 000 m2 et peut accueillir 3 .200 voitures.

La production se déplace

"La plupart des sites de production de l’industrie automobile se trouvent désormais au sud et au sud-est de l’Europe. Le port de Rostock est particulièrement attractif comme site de transbordement, en raison des courtes distances vers les usines", insiste Autolink, le gestionnaire du parking, à l’occasion de l’inauguration. La production automobile allemande s’est de fait déplacée vers l’Est au cours des dernières décennies avec l’ouverture de nouvelles usines en ex-RDA comme celle de BMW et Porsche à Leipzig, ou les sites de VW en République tchèque et de Audi en Hongrie.

La construction de deux quais ferroviaires de 600 mètres permet désormais aux trains chargés de véhicules de se garer sur le site du port. Autolink et le port de Rostock veulent transborder 150 000 voitures par an, essentiellement des véhicules neufs destinés dans un premier temps à la Suède, ultérieurement également à la Finlande et aux Pays Baltes ainsi qu’à l’Europe de l’Est.

Combler un vide

La capacité maximale de l’infrastructure est de 260 000 véhicules par an. "Le nouveau terminal de Rostock nous permet de combler un vide, car il n’y avait jusqu’à présent pratiquement pas d’offre équivalente en Mer Baltique", précise le gérant d’Autolink Arnd Brockmüller. Les courtes distances permettent de réaliser de substantielles économies financières mais aussi en termes de CO2.

La région de Rostock a participé à hauteur de 526 000 euros à l’investissement, d’un total de 5,6 millions d'euros.Autolink Germany appartient au groupe estonien Autolink Gruppe. Autolink gère avec son partenaire Axcess Logistics (1 000 salariés ensemble) l’ensemble de la logistique pour un million de véhicules par an dans la région baltique.

Auteur

  • Nathalie Versieux

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format