Menu
S'identifier

Le port de Calais fait le pari des autoroutes ferroviaires et du non-accompagné

Multimodal | publié le : 13.10.2021 | Dernière Mise à jour : 13.10.2021

Sur le trafic de fret non accompagné, le port de Calais souhaite atteindre 100 000 remorques transbordées de la terre ou le rail vers la mer à l’horizon 2025

Crédit photo Port Boulogne Calais

Inauguré début septembre, le nouveau port de Calais se veut plus fluide et sécurisé pour les transporteurs. Il mise aussi sur le développement des autoroutes ferroviaires et des remorques non accompagnées en transmanche.

En avant toute sur le non-accompagné et les alternatives modales ! En 2021, le port de Calais entre dans une nouvelle ère. Bridé jusqu’alors dans son développement, le port a doublé son volume et est désormais en mesure d’accueillir des ferrys de plus grande capacité (de plus de 220 mètres de long) tout en s’offrant trois nouveaux postes d’embarquement.

L’acheminement des marchandises, s’il ne délaisse pas la route, se dirige vers de nouvelles perspectives, avec l’augmentation significative des capacités de gestion des remorques non accompagnées.

Un hub intermodal de 13 hectares

Le hub intermodal de 13 hectares peut accueillir 600 remorques en même temps ! "Et nous avons prévu la place pour continuer à nous développer", assure Jean-Marc Puissesseau, PDG des ports de Boulogne–Calais. Résultat, le seul port européen à être équipé d’un terminal d’autoroutes ferroviaires compte bien être un moteur de la montée en puissance de l’acheminement de marchandises depuis le rail.

Actuellement connecté dans le Sud au Boulou, à Orbassano, à Mâcon, et bientôt à Sète, il regarde désormais vers l’est. L’ouverture d’une ligne avec la Pologne est attendue en fin d’année-début 2022. "Un retard dû au Covid, mais c’est en bonne voie", commente Jean-Marc Puissesseau. L’Allemagne est aussi évoquée. Quant aux lignes vers le sud, elles seront renforcées à terme, comme celle de Mâcon, qui devrait passer d’un à deux trains quotidiens en 2022.

250 000 remorques par an

Le non-accompagné, qu’il vienne de la route ou du rail, fait briller les yeux du PDG. "Nous avons déjà de bons retours sur la ligne Calais-Sheerness, ouverte par DFDS en juillet et destinée au non-accompagné. L’offre va se multiplier, j’en suis convaincu, explique le dirigeant. Le non-accompagné est moins cher, les transporteurs ne sont pas dépendants des intempéries, on économise du CO2." 

Sur le trafic de fret non accompagné, le port de Calais souhaite atteindre 100 000 remorques transbordées de la terre ou le rail vers la mer à l’horizon 2025. Avec un objectif de 250 000 remorques par an.

Lire l'intégralité de l'article (accès réservé) dans L'Officiel des Transporteurs n°3083 du 1er octobre 2021.

Auteur

  • Nicolas Montard

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format