Menu
S'identifier

La décarbonation du transport maritime fait l’objet d’une conférence préparatoire

Actu-Transport-Logistique.fr | Maritime | publié le : 27.03.2018 | Dernière Mise à jour : 27.03.2018

"Dans notre monde totalement globalisé, il est indispensable que des règles communes s’imposent à tous pour éviter que les opérateurs les plus vertueux ne soient pénalisés par des concurrents moins-disants et peu soucieux de l’impact environnemental de leur activité", a rappelé Jean-Marc Roué, président d’Armateurs de France.

Crédit photo Armateurs de France

Le transport maritime était à l’honneur le 26 mars au ministère de l’Écologie dans le cadre d’une conférence qu’il organisait en amont des sessions de négociations d’avril à l’OMI. Au menu : la décarbonation.

Les transporteurs maritimes sont prêts à jouer les élèves vertueux en matière de développement durable, mais à condition que les enjeux de leur secteur fassent l'objet d'un peu plus de considération. "La question des transports décarbonés ne peut se poser que dans un champ plus large : celui d'une politique globale de soutien et d'incitation que l'État doit aux acteurs français de l'économie bleue", a prévenu Jean-Marc Roué, président d'Armateurs de France, lors de la conférence organisée le 26 mars par le ministère de la Transition Écologique et Solidaire sur le thème du transport maritime décarboné. "Avec le soutien du nouveau président de l'Ademe qui connaît bien notre secteur, lancez-enfin de grand chantier fondateur que nous attendons tous et depuis tant d'années", a demandé Jean-Marc Roué.

À quand des Assises du maritime ?

"L’État français doit mettre en place des programmes d’aide et d’incitation. Dans notre monde totalement globalisé, il est aussi indispensable que des règles communes s’imposent à tous pour éviter que les opérateurs les plus vertueux ne soient pénalisés par des concurrents moins-disants et peu soucieux de l’impact environnemental de leur activité", a poursuivi Jean-Marc Roué.

Au passage, il a également adressé un message à Élisabeth Borne, ministre des Transports. "Après avoir organisé les Assises nationales des mobilités, après avoir initié les assises gouvernementales du transport aérien, vous répondriez à nos attentes en annonçant l’ouverture prochaine d’assises pleinement consacrées au transport maritime."

Un prolongement du One Planet Summit

La conférence organisée au ministère rassemblait les pays signataires de la déclaration Tony de Brum, dans le cadre du suivi du One Planet Summit de décembre dernier. Objectif : les inciter à adopter une stratégie de réduction des émissions de gaz à effet de serre en matière de transport maritime.

Au programme de cette conférence figuraient les solutions techniques émergentes et les mesures envisageables pour convertir le secteur en une industrie décarbonée.

Lors du One planet Summit, les 174 pays membres de l’OMI (Organisation maritime intenrnationale) s’étaient en effet entendus sur une feuille de route prévoyant l'adoption, en 2018, d'une stratégie initiale de réduction des émissions, puis l'adoption définitive, en 2023, lors du comité environnement de l’OMI qui se tiendra du 9 au 13 avril 2018.

Auteur

  • Diane-Isabelle Lautrédou

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format