Menu
S'identifier

Energy Observer présente un navire cargo alimenté à l’hydrogène propulsé par le vent à Brest

Actu-Transport-Logistique.fr | Maritime | publié le : 07.02.2022 | Dernière Mise à jour : 09.02.2022

Energy Observer 2 pourrait transporter 240 conteneurs EVP. Equipé d’un système de propulsion vélique, il naviguera à une vitesse commerciale de 12 nœuds.

Crédit photo Energy Observer

Energy Observer et ses nombreux partenaires ont travaillé à la création d’un navire transportant de la marchandise sans polluer. C’est chose faite avec la réalisation du prototype Energy Observer 2, un cargo polyvalent alimenté à l’hydrogène liquide et propulsé par le vent, présenté ces jours-ci au One Ocean Summit, à Brest, événement international consacré à la préservation des océans.  

Aujourd’hui, mercredi 9 février, s’ouvre le One Ocean Summit, à Brest, événement international consacré à la préservation des océans qui réunira des scientifiques, des acteurs économiques et des chefs d’Etat, et se déroulera sur trois jours. C’est aussi l’occasion pour Victorien Erussard, fondateur d’Energy Observer, de présenter le prototype d’un nouveau navire zéro émission, Energy Observer 2 : un cargo polyvalent alimenté à l’hydrogène liquide et propulsé par le vent. En réalité, il s’agit du deuxième navire élaboré par les équipes, le premier étant un navire laboratoire autonome capable de produire son propre hydrogène avec des surplus d’énergie renouvelable.

"Devenir un modèle international"

"Avec ce navire démonstrateur, nous souhaitons aller au bout de la décarbonation des navires industriels de tailles moyennes, en utilisant directement l’hydrogène comme combustible, avance Victorien Erussard. Nous croyons à la capacité de l’industrie maritime française, de devenir un modèle international, bénéficiant d’un écosystème recherche-industrie agile et efficace." 

Le nouveau concept a été imaginé en fonction des besoins les plus urgents en matière de décarbonation, sur la base d’un navire pouvant transporter 5 000 tonnes de marchandises, segment qui représente 37 % de la flotte mondiale, souvent vieillissante et très polluante, donc identifié comme prioritaire. Il pourrait transporter 240 conteneurs EVP. Equipé d’un système de propulsion vélique, il naviguera à une vitesse commerciale de 12 nœuds.

Une équipe pluridisciplinaire

Tout ceci a été rendu possible grâce aux différents partenaires impliqués dans ce projet :

  • Air Liquide pour la maîtrise à la fois la production, le stockage, la distribution et la sécurité de l’hydrogène liquide ;
  • l'armateur marseillais CMA CGM sur le versant commercial et opérationnel ;
  • EODev, filiale industrielle d’Energy Observer qui a conçu le premier bateau hydrogène certifié et développe des systèmes accessibles et marinisés, expert de l’intégration de piles à combustible dans des milieux exigeants ;
  • LMG Marin, cabinet d’architecture navale particulièrement actif en propulsions décarbonées, qui a développé le premier ferry hydrogène liquide au monde, Hydra, 
  • Ayro, qui propose des systèmes de propulsion auxiliaire véliques aux grands navires, et équipera le navire de ses Oceanwings® ;
  • Bureau Veritas, acteur de l’évolution des réglementations et des innovations maritimes ;
  • le Cluster Maritime français et l’Institut T2EM, pilote du programme national structurant "Navire & Port zéro émission", qui accompagnera le développement et la validation de technologies grâce à un programme mutualisé de R&D, des démonstrateurs et des navires concepts. 

"Avec ce premier cargo polyvalent "0 émission", qui embarquera et validera des technologies innovantes à la mer, c’est l’ensemble du collectif d’armateurs, de chantiers, d’équipementiers, d’énergéticiens, de ports, d’entreprises de service, d’académiques et de scientifiques regroupés dans le nouvel Institut pour la Transition Eco-énergétique du Maritime (I-T2EM) qui bénéficiera des retours technologiques et opérationnels d’Energy Observer 2.", avance Frédéric Moncany de Saint-Aignan, président du Cluster Maritime français

EnergyObserver 2 en chiffres

  • Longueur : 120 mètres
  • Largeur : 22 mètres
  • Tirant d’eau : 5,5 mètres
  • Surface Aile de propulsion vélique : 1450 m2
  • Port en lourd : 5000 tonnes
  • Conteneurs : 240 EVP (Équivalent vingt pieds)
  • Pont Ro-ro : 480 mètres linéaires (camions, véhicules et conteneurs)
  • Hauteur entrepont : 6,5 mètres
  • Rampe d’accès : 15 mètres de large
  • Vitesse commerciale : 12 nœuds
  • Propulsion électrique : 4 MW
  • Puissance piles à combustible (RexH2 EODev) : 2,5 MW
  • Réservoirs d’hydrogène liquide (LH2) : 70 tonnes (1 000 m3)
  • Autonomie : jusqu’à 4 000 milles nautiques

 

Auteur

  • Marie-Helen Gallon

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format