Après Washington, l'UE va imposer des droits de douane sur les véhicules électriques chinois

Article réservé aux abonnés

BYD - VEHICULES A ENERGIE NOUVELLE - ELECTRIQUE

BYD Explorer 1 à l'occasion de son départ du port de Shenzhen en janvier vers les terminaux rouliers de Flessingue (Pays-Bas) et de Bremerhaven (Allemagne), où le constructeur chinois devait livrer plus de 5.000 véhicules à énergie nouvelle (NEV).

Crédit photo ©Xinhua
En dépit de l'opposition de Berlin, Bruxelles a annoncé le 12 juin jusqu'à 38 % de droits de douane sur les importations de véhicules électriques chinois dans l'Union européenne. Près d'un mois après Washington qui accuse Pékin de favoriser ses constructeurs. Le chinois BYD maintient son projet de deuxième usine en Europe.



Berlin, dont l'industrie automobile est très engagée en Chine, aura bataillé avec la Suède et la Hongrie pour éviter le couperet, craignant des représailles de Pékin. Paris et Madrid ont poussé, de leur côté, pour des mesures ciblées et proportionnées. Au final, Bruxelles va imposer jusqu'à 38 % de droits de douane sur les importations de véhicules électriques chinois, jusqu'ici taxés à hauteur de 10 %.

L'UE, qui avait ouvert une enquête approfondie en septembre sur les subventions du gouvernement chinois au secteur automobile, prévoit des droits compensateurs (supplémentaires) de 17,4 % pour le fabricant chinois BYD, 20 % pour Geely et 38,1 % pour SAIC. Pour les autres constructeurs,…
La suite est réservée aux abonnés

Accédez en illimité à nos contenus et à nos newsletters thématiques

S'abonner

Cet article est réservé aux abonnés

Industrie

Economie – Social

Boutique
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15