UMF : les premiers effets du pacte de relance attendus pour la fin de l'année

© Franck André
Crise sanitaire oblige, c'est dans le cadre d'une assemblée générale reportée de trois mois que l'Union maritime et portuaire de Marseille-Fos a enfin pu rassembler en septembre la place portuaire phocéenne pour présenter son "pacte de relance et de compétitivité". Des mesures incitatives dont elle attend les premiers résultats à la fin de l'année.
Dans le cadre de cette stratégie de place "visant à caler la roue", selon Jean-Claude Sarremejeanne, le président de l'Union maritime et fluviale (UMF) de Marseille-Fos, en cette période de "manque de visibilité" pour les professionnels locaux, un train de mesures commerciales a été présenté aux acteurs économiques dans le prolongement des mesures annoncées il y a quelques mois.
Parmi les plus concrètes figurent des réductions de droits de port, un moratoire sur les pénalités liées aux objectifs de trafic pour les manutentionnaires et des remises sur les frais de stationnement des navires.

Droits de port revus à la baisse dans le conteneur et le ro-ro

Hervé Martel, le président du directoire du Grand Port maritime de Marseille (GPMM), a ainsi annoncé aux représentants de la communauté portuaire une ristourne de 50 % de ces droits de port pour les lignes conteneurisées pendant quatre mois ainsi que pour le trafic en transbordement. Il a en outre annoncé une réduction de 30 % pour les lignes internationales ro-ro, ro-pax et pour les car-carriers.
L'établissement public ne s'arrête pas à ces mesures destinées aux armateurs. En cette période de crise où la progression des volumes sur les terminaux portuaires ne peut plus être réalité pour les manutentionnaires, il prévoit également de ne plus sanctionner les objectifs de trafic. Le GPMM renonce aux pénalités prévues par les conventions de terminaux. Il va appliquer des remises sur les frais de stationnement pour les navires. Une mesure qui concerne essentiellement le secteur de la croisière, fortement touché cette année par le coronavirus.

Du côté de la communauté portuaire, l'entreprise informatique MGI a annoncé le jour-même consentir un effort commercial afin de promouvoir la place portuaire. Elle offre des droits d'entrée gratuits au Cargo Community System Ci5 pendant trois mois aux chargeurs et leur proposera des conditions d'accès préférentielles à compter de début 2021.

Sept axes prioritaires pour les 450 entreprises

Fluidité, fiabilité, environnement, sûreté et sécurité, développement de nouveaux services aménagements et investissements et développement commercial. Pour Jean-Claude Sarremejeanne, les mesures commerciales prises par le port de Marseille-Fos ou MGI concourent aux sept axes d'action essentiels faisant partie de la stratégie globale de la place portuaire.
"On a accusé une baisse d'activité qu'on a tenté d'amortir. La crise est un élément fondateur d'un nouveau départ", a expliqué le président de l'UMF. Sur fond de difficultés, il estime que la communauté portuaire "est de plus en plus soudée".
Avec l'annonce de ces mesures incitatives, il attend des 450 entreprises un retour positif mais se dit conscient qu'il va "falloir poursuivre les efforts dans trois domaines : la fluidité, la qualité et la sécurité".
Jean-Claude Saremejeanne, pour qui "la cohésion reste le moteur principal de la place portuaire", n'en oublie pas pour autant les questions environnementales. Et d'élargir à la communauté portuaire l'esprit du projet stratégique du GPMM qui tend vers "un port toujours plus vert pour une économie plus bleue".
Le président de l'UMF a prévu un nouveau rendez-vous dans les prochaines semaines pour annoncer de nouvelles mesures.

Transport maritime

Boutique
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15