Menu
S'identifier

A Rouen, la campagne céréalière 2020-2021 accuse le coup

Actu-Transport-Logistique.fr | Fluvial | publié le : 21.07.2021 | Dernière Mise à jour : 20.07.2021

Autre fait notable par rapport à la campagne précédente : la montée en puissance de la Chine comme destinataire des exportations rouennaises. 

Crédit photo Grand Port Maritime de Rouen

Evoluant dans un contexte sanitaire compliqué et une conjoncture économique incertaine, la campagne céréalière 2020-2021 se termine en recul pour Rouen. C’est du moins ce qui ressort des derniers chiffres dévoilés par Haropa.

"Les opérateurs céréaliers rouennais ont exporté 6,45 millions de tonnes (Mt) au cours de la campagne céréalière qui s’est déroulée du 1er juillet 2020 au 30juin 2021. Un résultat qui suit une récolte française 2020 en nette baisse", résume Haropa Port dans un communiqué de presse dévoilant les résultats de la plate-forme normande. Sur ce total, le blé tendre représente 4,63 Mt et les orges 1,82 Mt. Là aussi, les résultats diminuent du fait d’"une récolte nationale 2020 en recul de 26 % pour le blé à 29 Mt, et d’une production d’orges (brassicole et fourragère) accusant, elle, un retrait de 24 %." Pour autant, Haropa Port conserve ses parts de marché puisqu’elle concentre toujours 50 % des exportations françaises de blé et d’orge. "Avec un fort ralentissement en mai et juin, les chargements de navires se sont étalés sur 10 mois, avec un mois de mars très actif avec près de 930 000 tonnes manutentionnées par les quatre opérateurs rouennais : groupe BZ, Sénalia, Simarex et Socomac", précise Haropa Port.

La Chine détrône l’Algérie

Autre fait notable par rapport à la campagne précédente : la montée en puissance de la Chine comme destinataire des exportations rouennaises. "La Chine a remplacé cette année l’Algérie comme premier débouché. Une reconstitution de stocks, la recapitalisation du cheptel porcin et des différends commerciaux avec l’Australie pour l’orge expliquent la prédominance de la Chine dans cette campagne atypique", explique Haropa Port. 

D’un point de vue opérationnel, le trafic vers la Chine a atteint 2,2 Mt, soit plus 146 % pour le blé tendre et les orges. De son côté, la destination Algérie accuse une baisse de 60 % à 1,5 Mt et les expéditions vers le Maroc reculent de 55 %, avec 0,99 Mt. 

De bonnes performances pour les pays ouest-africains

Une autre destination qui a tiré son épingle du jeu l’an dernier : la Côte d’Ivoire, avec 248 000 t. "Sur ce pays, il s’agit du meilleur résultat à l’export enregistré depuis la campagne 2006-2007", indique Haropa Port. Enfin, le Cameroun est parvenu a conserver son flux habituel avec un total de 222 000 t. "Au final, les pays de la côte ouest-africaine ont plébiscité la qualité du blé français avec un total de 982 000 t depuis Rouen. Là encore, cela représente l’un des meilleurs chiffres à l’export sur cette région depuis la campagne 2007-2008", observe Haropa Port.

A l’import, les terminaux rouennais ont vu transiter 550 000 t de colza, essentiellement destinées à la production de diester (carburant). "La baisse structurelle de la production française de colza explique ces besoins importants en entrée", note Haropa Port. Toujours à l’import, les protéagineux sont demeurés stables, avec 60 000 tonnes. 

Auteur

  • Diane-Isabelle Lautrédou

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format