Menu
S'identifier

Transport des déchets par train : Forwardis renforce ses positions

Actu-Transport-Logistique.fr | Ferroviaire | publié le : 22.05.2019 | Dernière Mise à jour : 22.05.2019

Cette acquisition a été réalisée "en tenant compte des tournées de collecte des ordures ménagères résiduelles (caissons blancs) et de collecte sélective (caissons jaunes), des rotations entre Estrées et Villers", explique le SMDO..

Crédit photo DR

Le commissionnaire de transport de marchandises du groupe SNCF continue de capitaliser sur l’expérience acquise pour renforcer ses positions dans le transport des déchets. Une nouvelle liaison utilisant des caissons déposables sera, ainsi, mise en œuvre à partir du 3 juin 2019 dans le département de l’Oise. 

Plus que sa présence en Auvergne-Rhône-Alpes et en Provence-Alpes-Côte-d’Azur, c’est bien dans les Hauts-de-France que la société Forwardis trouve des relais de croissance dans le transport des déchets. 

Les atouts du caisson déposable

Elle est d’autant plus encline à asseoir ses positions en la matière qu’elle a su mettre en œuvre des solutions innovantes pour répondre aux besoins de ses clients. Et le caisson déposable semble véritablement répondre sur ce point aux besoins grandissants du Syndicat mixte du département de l’Oise (SMDO). Venant après celle mise en place en juin 2018 sur Ormoy-Villers-Villers-Saint-Paul, une seconde liaison utilisant ce type d’équipement deviendra opérationnelle à compter du 3 juin 2019. Elle reliera chaque jour Estrées-Saint-Denis au centre de traitement de Villers-Saint-Paul et complétera les liaisons déjà existantes au départ de Compiègne, Noyon, Saint-Leu-d’Esserent et Ormoy-Villers (déjà citée). Quotidiennes vers Villers-Saint-Paul, ces dessertes utilisent les moyens de traction ainsi que le personnel de VFLI, une autre filiale du groupe SNCF.  

Soulignant les atouts de cette technique des caissons déposables importée de Suisse, Jean-Edouard Heller, responsable commercial grands comptes chez Forwardis, indique "qu’elle est parfaitement adaptée à une utilisation dans les villes moyennes et les zones périurbaines et rurales. Surtout, elle évite une rupture de charge, la benne de collecte du camion poubelle étant transférée directement sur le wagon. Cela se traduit, au final, par la réduction des coûts de la collecte et du transfert".

68 caissons déposables

Pour les quarante premiers caissons déposables d’une charge utile de 10 tonnes acquis auprès de la société SEMAT, le SMDO a investi près de 710 000 €. Il a poursuivi ses investissements en se dotant de vingt-huit caissons déposables supplémentaires pour la nouvelle desserte. Cette acquisition a été réalisée "en tenant compte des tournées de collecte des ordures ménagères résiduelles (caissons blancs) et de collecte sélective (caissons jaunes), des rotations entre Estrées et Villers (échange plein contre vide) avec départ des caissons pleins le jour J et le retour de ces mêmes caissons vides le jour J + 1, de la constitution d’un stock tampon d’une journée en cas d’absence de desserte ferroviaire et de réparations éventuelles de caissons en cas de casse", explique le SMDO.

Autre nouveauté, les nouveaux caissons seront utilisés indifféremment entre le quai d’Ormoy-Villers et le quai d’Estrées-Saint-Denis.

 

Sixième liaison au printemps 2020

Le renforcement des liaisons ferroviaires vers le centre de traitement de Villers-Saint-Paul se poursuivra au cours du second trimestre 2020 avec la création d’une sixième desserte au départ du quai de Villers-Saint-Sépulcre, près de Beauvais. Ce trafic de 60 000 tonnes en année pleine s’ajoutera aux 105 000 tonnes actuellement transférées par le rail. D’ici là, le SMDO a déjà prévu de s’équiper d’un nouveau lot de caissons déposables en septembre 2019. Il répondra aux besoins des Communautés de Communes du Pays du Clermontois et de l’Oise Picarde. Le dispositif de collecte avec ce type d’équipement deviendra donc respectivement opérationnel en novembre 2019 et janvier 2020.

Tous ces développements à venir vont nécessiter une extension des capacités du site de Villers-Saint-Paul. Les études portent actuellement sur des possibilités d’ajouts de voies de déchargement sur le site même ou de stationnement de rames à l’extérieur de l’emprise du centre de traitement principal. Ainsi, les installations seront en mesure de gérer deux trains simultanément à partir du premier semestre 2020.

Auteur

  • Olivier Constant 

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format