Menu
S'identifier

Fret ferroviaire : VFLI fête ses vingt ans d’activité

Actu-Transport-Logistique.fr | Ferroviaire | publié le : 27.09.2018 | Dernière Mise à jour : 27.09.2018

VFLI est aujourd’hui un acteur reconnu du fret ferroviaire, avec un trafic de 3,7 milliards de t/km, un chiffre d’affaires de l’ordre de 150 millions d’euros et un effectif de 950 personnes.

Crédit photo O. C.

Au moment où elle va débuter dans le nouveau secteur d’activité que constituent les campagnes de betteraves, VFLI fête ses vingt ans d’activité ce 27 septembre 2018. La filiale de SNCF Logistics occupe aujourd’hui le troisième rang des opérateurs de fret français derrière Fret SNCF et ECR.

Alors qu’elle avait originellement débuté ses activités dans la desserte des sites industriels, la société VFLI (Voies ferrées locales et industrielles) a progressivement élargi la palette de ses métiers en y ajoutant les trains de travaux et la traction de trains de fret sur le Réseau Ferré National (RFN). Fêtant ce 27 septembre 2018 ses deux décennies d’activité, VFLI est aujourd’hui un acteur reconnu du fret ferroviaire avec un trafic de 3,7 milliards de t/km, un chiffre d’affaires de l’ordre de 150 millions d’euros et un effectif de 950 personnes. Elle émarge, ainsi, au troisième rang des plus importants opérateurs de fret français derrière Fret SNCF et ECR. Surtout, elle sera la première en janvier 2019 à mettre en œuvre une locomotive hybride. Cela constituera, alors, une première française.

Une perte de plusieurs millions d’euros

Pour autant, la société connaît un exercice difficile compte tenu de l’impact des grèves du printemps 2018. "L’impact sur le chiffre d’affaires se chiffre à plusieurs millions d’euros. Mais notre image est ressortie finalement renforcée grâce à tous les efforts que nous avons mis en œuvre pour acheminer un maximum de trafic durant cette période. Cela se traduit par un taux de satisfaction client qui s’établit actuellement à 97 %. À la faveur de cette rentrée 2018, nous observons un double phénomène, avec des prospects qui viennent nous voir et qui ont envie de travailler avec nous et des clients actuels souhaitant nous confier plus de trafic", souligne Alain Ribat, directeur général de VFLI.

Une réponse concrète aux interrogations

Les mouvements sociaux ont, toutefois, significativement affecté la confiance des chargeurs dans le fret ferroviaire. Ceux-ci s’interrogent tout à la fois sur sa pérennité mais aussi sur l’état du réseau et sur les difficultés que connaissent plusieurs entreprises ferroviaires. VFLI répond à ces interrogations en mettant en avant la plus grosse commande de locomotives de son histoire passée le 31 mai 2018. Elle continue aussi à investir massivement dans la formation. En 2018, elle aura ainsi démarré quatorze écoles de formation pour former une soixantaine de conducteurs et une trentaine d’opérateurs au sol supplémentaires.

La société va aussi tirer la quintessence de la reprise d’Ecorail Transport. Le nouvel ensemble renforcera encore ses positions dans le secteur des granulats en 2019. Ce sont en effet quelque 6 millions de tonnes qui seront acheminées par les convois de VFLI sur un marché global de l’ordre de 10 millions de tonnes.

Très actif également dans le transport combiné, l’opérateur va enfin pouvoir ajouter les campagnes de betteraves à son panel d’activité. Les premiers trains transportant du sucre seront acheminés dans les tout prochains jours.

Satisfaction

En attendant, VFLI, au même titre que d’autres entreprises ferroviaires, accueille avec satisfaction les moindres hausses prévues pour l’utilisation du réseau en 2019. Le coût des sillons ne devrait, en effet, augmenter en moyenne que de l’inflation générale en 2019, mais avec toutefois de grandes disparités selon les types de trafics. Cette hausse est à mettre en parallèle avec les 5 % initialement prévus en prolongement de l’application du plan Vidalies. "Il y avait aussi le sujet de la hausse des péages, très significative et contreproductive pour l’utilisation du réseau par les trains lourds. Nous avons finalement obtenu un aménagement, lequel consiste à un dispositif progressif en fonction du tonnage transporté et du type de ligne", se félicite Alain Ribat.

Auteur

  • Olivier Constant

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format