Menu
S'identifier

L’Occitanie érige le fret ferroviaire comme priorité régionale

Actu-Transport-Logistique.fr | Ferroviaire | publié le : 06.11.2020 | Dernière Mise à jour : 06.11.2020

La relance du Perpignan-Rungis est plus que jamais un dossier prioritaire pour la Région Occitanie.

Crédit photo OC

La région Occitanie se mobilise pour le fret ferroviaire dans le cadre de son nouveau plan rail portant sur un montant de 800 millions d’euros. Quatre actions principales traduisent sa volonté de voir la part modale du ferroviaire augmenter.

En la présence de Jean-Pierre Farandou, président de la SNCF, Carole Delga, présidente de la région Occitanie a présenté le nouveau plan rail de la Région le 15 octobre à Montpellier. Il prévoit un engagement financier de 800 millions sur les 1,6 milliard d’euros nécessaires pour sauver le réseau. Au-delà de l’objectif d’atteindre une fréquentation de 100 000 voyageurs par jour à horizon de dix ans, l’accent est également porté sur le développement du fret ferroviaire.

Lieu d’expérimentation

À commencer par celui qui découlera de la réouverture au trafic marchandises de la ligne Auch-Agen. Certes, le Syndicat Mixte ligne ferroviaire Auch-Agen a bien été créé en fin d’année 2019 mais son installation à Toulouse a été retardée par la crise sanitaire. C’est ce Syndicat Mixte au sein duquel sera également présente la Région Nouvelle-Aquitaine qui se verra confier la gestion de la maintenance et de l’exploitation de la ligne d’ici à 18 mois au plus tard.

Cela n’a pas d’incidence, toutefois, sur la réalisation des travaux qui sont en cours. Aucune date de réouverture de cette ligne capillaire fret par laquelle transitaient auparavant de 80 à 160 000 tonnes de fret par an n’a, toutefois, été donnée à ce stade. À l’autre extrémité de la Région, la ligne Alès-Bessèges, dont les travaux de débroussaillage viennent de débuter, pourrait servir de lieu d’expérimentation pour la relance du wagon isolé prônée par le Gouvernement.

Le Perpignan-Rungis plus que jamais prioritaire

Le second gros dossier porte sur la relance rapide du Perpignan-Rungis. La Région insiste pour que soit remise en place une liaison pérenne entre les deux MIN de Perpignan-Saint-Charles et de Rungis."Nous serons au rendez-vous d’un financement qui sera adapté", assure Jean-Luc Gibelin, vice-président de la Région Occitanie en charge des infrastructures de transport et de l’intermodalité.

S’il est un dossier, en revanche, qui n’a pas pris de retard ces derniers mois, c’est bien de celui d’une étude de transport de certains types de fret via le réseau de trains TER et d’autocars liO dont il s’agit. Les réponses sont d’autant plus attendues rapidement à présent que les TER ont fait la preuve de leur utilité dans ce domaine lors des récentes graves inondations survenues dans les Alpes-Maritimes.

Enfin et comme elle l’avait déjà fait pour l’embranchement de Perrier, la Région propose une aide aux industriels régionaux afin de les accompagner dans la création d’installations terminales embranchées (ITE). Cette aide représentera une proportion du coût concerné en fonction des autres co-financeurs intéressés par la mise en place de ces ITE. Selon Jean-Luc Gibelin, "cette aide en faveur du financement d’ITE constitue une première en France."

Auteur

  • Olivier Constant

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format