Menu
S'identifier

Euro Cargo Rail met le cap sur la croissance

Actu-Transport-Logistique.fr | Ferroviaire | publié le : 05.03.2018 | Dernière Mise à jour : 05.03.2018

ECR fonde de gros espoirs sur le démarrage de ses premiers trains combiné au gabarit P400.

Crédit photo OC

Euro Cargo Rail (ECR) prévoit de renouer avec la croissance et ce quelques mois seulement après l’achèvement de son plan de restructuration. Elle anticipe, en effet, une hausse de ses trafics de 5 % en 2018. Son retour à l’équilibre est prévu dès l’année suivante.

La filiale française du groupe DB Cargo, Euro Cargo Rail (ECR) s’est incontestablement remise en ordre de marche. La meilleure preuve en est apportée par la reprise des recrutements.

Opérationnels en septembre

Une cinquantaine de conducteurs intègrent actuellement les rangs de l’entreprise. Ils deviendront opérationnels à partir de septembre 2018, la durée d’une formation d’agent de conduite étant de neuf mois.

Parmi ceux-ci figureront cinq à dix conducteurs qui avaient précédemment été licenciés dans le prolongement de l’application du plan social lancé par l’entreprise en novembre 2016.

Sur la centaine de personnes ayant quitté l’entreprise en 2017, environ quarante ont retrouvé un emploi au sein d’autres entreprises ferroviaires comme la SNCF et VFLI. Certains conducteurs ont même été reconvertis dans le secteur voyageur en conduisant, à présent, des Trains Express Régionaux (TER).

Fin du plan de restructuration

Mise en œuvre au cours du premier trimestre 2017, la restructuration de l’entreprise s’est achevée fin novembre 2017. C’est à cette date que la nouvelle organisation est devenue opérationnelle.

Elle prévoit une production gérée par corridor (trois au total), une simplification de l’organisation interne et un renforcement du dispositif de planification et de suivi des circulations. Le nombre d’agences a, par ailleurs, été réduit puisqu’il n’en reste plus aujourd’hui que vingt-deux, toutes liées aux corridors Atlantique, Méditerranée et Nord. 

Enfin, le secteur des céréales a été abandonné à l’été 2017 car trop saisonnier. Conséquemment, ECR est en train de sortir du capital d’OFP Atlantique dont l’activité est très marquée dans ce secteur ainsi que de celui d’OFP Sud-Ouest.

Maintien du chiffre d’affaires

En dépit de cette profonde réorganisation ayant ramené les effectifs à environ 1 000 salariés, ECR a réussi le tour de force de maintenir son chiffre d’affaires en 2017. Il n’a baissé que de 1,6 % à 175 millions d’euros. L’opérateur a, en effet, remporté de nouveaux contrats dont deux auprès de Novatrans. Ils le conduisent à assurer la traction de trains combinés entre Anvers et Mouguerre (Pyrénées-Atlantiques) et entre l’Ile-de-France et Modane.

Déployée depuis 2015, l'offre Rail Net France a également enregistré de bons résultats. Il s'agit d'une offre wagons isolés proposée aux chargeurs. Elle peut répondre à leurs besoins de transport de produits sidérurgiques ou de grande consommation et de pâte à papier, pour ne citer que les principaux secteurs.

Détenant à présent une part de marché de 19 % (contre 18 % en 2016) du fret ferroviaire français, ECR prévoit de réaliser une croissance de son activité de 5 % en 2018. Son résultat net devrait, cependant, rester déficitaire, le retour à l’équilibre n’étant prévu qu’en 2019.

Gros espoirs autour du P400

En attendant, ECR fonde de gros espoirs sur le démarrage de ses premiers trains combiné au gabarit P400. Ce dernier admet des hauteurs de remorques plus importantes. "Les premiers convois circulant pour le compte du logisticien Ewals Cargo Care deviendront opérationnels après Pâques 2018. Le service initial comprendra au moins quatre fréquences hebdomadaires. Nous souhaiterions, par la suite, arriver à une fréquence quotidienne pour ces convois traversant la France en 18 à 24 h environ", explique Gottfried Eymer, président-directeur-général d’ECR.

Pour autant, ce démarrage interviendra avec plusieurs mois de retard sur le calendrier prévu initialement. "Ce nouveau service constituant une bonne alternative à celui assuré par les wagons Modalohr a, en effet, connu de nombreuses vicissitudes quant à sa mise en œuvre. D’une part à cause des travaux menés actuellement par SNCF Réseau pour moderniser les voies mais aussi du fait de la qualité des sillons, d’autre part. Il nous faut impérativement des sillons réguliers qui nous permettent d’avoir des flux très stables.", explique le dirigeant.

Des améliorations qui pourraient, "à terme, nous permettre d’abaisser les temps de parcours à seize heures seulement. L’offre deviendra, ainsi, compétitive par rapport à la route en termes de coûts et ce d’autant que les fréquences auront pu être encore augmentées entretemps", conclut le dirigeant.

Auteur

  • Olivier Constant

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format