Menu
S'identifier

La Nouvelle-Aquitaine accentue sa mobilisation pour les lignes capillaires

Actu-Transport-Logistique.fr | Actualité | publié le : 29.10.2018 | Dernière Mise à jour : 29.10.2018

En prolongement de la ligne Mont-de-Marsan-Barcelonne-du-Gers, la section Barcelonne-du-Gers-Tarbes a vocation à être renovée également.

Crédit photo OC

En prolongement de son soutien financier à la rénovation des lignes capillaires fret, la Région souhaite, à présent, donner de la visibilité aux chargeurs sur le calendrier de reprise effective du service. Quatre lignes sont concernées au total.

La Région Nouvelle-Aquitaine poursuit une mobilisation sans faille pour aboutir à la réouverture la plus rapide possible de quatre lignes capillaires fret. Ces dernières bénéficient d’un engagement financier de 14,6 millions d’euros de la part de la Région sur ce mandat. "Ce montant pourrait même aller au-delà en fonction des besoins", prévient dès maintenant Renaud Lagrave, vice-président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine en charge des infrastructures, des transports et des mobilités.

Donner de la visibilité

Très clairement, il s’agit, à présent, de donner un calendrier pour la réouverture de ces lignes. Une première réunion de travail a, ainsi, été organisée le 26 octobre 2018 en gare d’Aire-sur-l’Adour dans le cadre du dossier de réouverture de la ligne Mont-de-Marsan-Barcelonne-du-Gers. Elle a permis à Renaud Lagrave de réitérer sa demande de réouverture de la ligne pour que les entreprises puissent avoir un calendrier et s’organiser. Il leur faudra, en effet, demander bien à l’avance les sillons nécessaires à l’acheminement des convois.

Mais des pierres d’achoppement sur lesquelles SNCF Réseau ne souhaite pas s’exprimer retardent le démarrage des travaux. "Nous espérons, pour notre part, une remise en service de la ligne le plus rapidement possible. Elle pourrait, si tout se passe bien, correspondre avec la prochaine campagne de maïs de septembre 2020.

Cette ligne est, en effet, primordiale pour les entreprises céréalières comme Agralia / Maïsadour. Elle représente un intérêt pour le bassin de Lacq, pour le bassin agricole bigourdan ou gersois, avec un volume d’emport pour le port de Bayonne non négligeable. Celui-ci est estimé à 100 000 à 125 000 tonnes par an vers l’export via ce port en sus de 20 000 tonnes supplémentaires acheminées vers le Nord de l’Europe", explique Renaud Lagrave. L’engagement financier de la Région pour le sauvetage de cette ligne est de 2,65 millions d’euros, soit 53 % du montant total des travaux.

Une seconde réunion

La seconde réunion de travail s’est tenue quatre jours plus tard à Boé (Lot-et-Garonne). Là-encore, Nouvelle-Aquitaine affiche sa pleine mobilisation pour la sauvegarde de la ligne capillaire fret Auch-Agen. Mais elle n’est pas seule sur ce dossier puisque son homologue de l’Occitanie participe également financièrement à sa remise en état. Cette dernière a déjà investi plus de 1,2 million d’euros tandis que Nouvelle-Aquitaine est déjà engagée à hauteur de 626 000 euros. Ce soutien n’a pas suffi puisque les travaux qui auraient dû se terminer en juin 2018 ne sont toujours pas lancés !  

Ce sera donc l’occasion pour ces deux collectivités de porter le message de demande de démarrage de ces travaux sans délai. Cela pourrait, ainsi, permettre d’aboutir à la remise en marche des convois fret desservant les coopératives céréalières embranchées sur la ligne. Les trafics seraient ensuite évacués vers les ports exportateurs français des façades méditerranéenne (Port-la-Nouvelle) et Atlantique (port de Bordeaux).

Un report modal très attendu

Au global, le trafic des quatre lignes concernées (incluant Niort-Thouars et une courte section débouchant à Hourcade) par le soutien financier de la Région Nouvelle-Aquitaine est de l’ordre d’un million de tonnes chaque année. C’est autant de report modal attendu sachant que ce trafic représente l’équivalent de la circulation de 130 000 camions par an sur un réseau routier très chargé. C’est donc sans surprise que la Nouvelle-Aquitaine vient d’annoncer qu’elle soutenait le projet de nouvelle plateforme de fret ferroviaire à Laluque (Landes). 

Auteur

  • Olivier Constant

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format