Menu
S'identifier

8° journée fret ferroviaire et OFP 2018 : Les bonnes et les mauvaises nouvelles s’entremêlent

Actu-Transport-Logistique.fr | Actualité | publié le : 05.11.2018 | Dernière Mise à jour : 05.11.2018

La part de marché des opérateurs alternatifs progresse d'année en année même si le chiffre de 2017 n'a pas été communiqué.

Crédit photo OC

Très attendue comme chaque année, la huitième journée Fret ferroviaire et OFP 2018 devrait être placée sous le signe des paradoxes. Aux éléments positifs pouvant constituer des signes précurseurs de reprise se mêlent des points négatifs qui viennent jeter une ombre sur le redécollage effectif du fret ferroviaire.  

Victime de son succès, la 8° édition des Journées Fret Ferroviaire et OFP va l’être à nouveau. Voilà bien longtemps, en effet, que les 370 places de la salle des réceptions de la mairie de Levallois-Perret (92) sont retenues pour le 15 novembre 2018.

C’est bien une nouvelle preuve du courant d’intérêt croissant autour du fret ferroviaire et de son rôle pour une desserte territoriale durable. Pour autant, cela constitue-t-il l’amorce d’un véritable (re)décollage de cette activité ? Pas si sûr tant la situation peut apparaître comme paradoxale.

Signaux contradictoires

D’un côté, il existe, en effet, des signes précurseurs de reprise. Exemple en est donné avec Nestlé Waters, qui a relancé les expéditions ferroviaires au départ de l’usine Perrier de Vergèze. Exemple en est aussi donné avec le port de Lille qui, en l’espace de quelques années seulement, est passé de 50 000 à 500 000 tonnes de fret acheminées par le rail.

Mais il y a aussi des signes négatifs qui viennent tempérer l’amorce d’une rupture au profit du rail. Parmi ceux-ci, le plus prégnant est la situation financière dans laquelle se trouvent les entreprises ferroviaires à l’issue de trois mois de mouvements sociaux. Et ce ne sont pas les compensations versées d’ici à la fin de l’année 2018 par SNCF Réseau qui viendront combler les pertes endurées durant cette période. Ces dernières correspondent à trois mois de chiffre d’affaires pour la période considérée. Il n’est, toutefois, pas évoqué, à ce stade, de consolidation autour d’un nombre restreint d’acteurs du fait de cette fragilisation financière.  

Les traditionnels retards affectant les décisions devant être prises autour du fret ferroviaire concernent également la loi LOM (Loi d’Orientation sur les Mobilités). Il faudra sans doute attendre la fin de l’année 2018 pour que des annonces, évoquées au printemps, soient faites en ce sens.

La transposition du volet technique du 4° paquet ferroviaire, elle, est en cours. Là-encore, ce sont des éléments positifs comme la clarification du régime des voies portuaires qui s’entremêlent avec d’autres négatifs (pas d’effort systématique de simplification)

Des parts de marché qui ne décollent pas

En attendant, la suspension récente des services ferroviaires au départ de la plateforme multimodale de Niort-Saint-Florent vers Perpignan et Marseille  constitue assurément un mauvais signal donné aux tenants d’un report modal amplifié. Car, là-encore, les chiffres parlent d’eux-mêmes. À environ 10 %, les parts de marché du fret ferroviaire restent les mêmes depuis… 2007.

Les statistiques viennent enfin d’être publiées et montrent que le trafic a progressé de moins de 3 % à 33,4 milliards de t/km en 2017 (mais a baissé de 3 % par rapport à 2015 !!). "Tout le monde attendait que la croissance de 2017 soit poursuivie en 2018. Il n’en sera rien malheureusement", se désole déjà André Thinières, Délégué Général d'Objectif OFP.

Nouveau système multimodal

Au-delà du réseautage qui leur est plus que jamais indispensable pour aller décrocher de nouveaux marchés, les participants vont vouloir en savoir plus sur l’évolution du secteur durant cette journée. Nul doute que les modalités d’actions de l’État dans le cadre du redémarrage du fret ferroviaire constitueront l’un des temps forts de cette manifestation.

Au même titre, d’ailleurs, qu’un nouveau coup de projecteur donné aux infrastructures territoriales. La présentation d’exemples allemands devrait, sur ce point, être révélatrice des bénéfices qui peuvent être retirés d’une gestion locale des lignes capillaires intégrant, à la fois, l’exploitation proprement dite et la maintenance des infrastructures.

La dernière partie de la journée mettra en exergue la multimodalité et les solutions innovantes accompagnant son développement. L’un des exemples les plus marquants sera présenté par Innova Train, fournisseur de Coop. Ce chargeur a mis en place un nouveau système multimodal de containers routiers et ferroviaires (à chargement latéral). Il alimente, depuis, les grandes surfaces de Genève. Preuve de sa viabilité, cette logistique innovante vient d’être aussi adoptée par une grande ville allemande. Le tractionnaire des convois sera Captrain Deutschland, l’une des filiales de SNCF Logistics.

Auteur

  • Olivier Constant

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format