Menu
S'identifier

9e journée OFP : Les incertitudes demeurent

Actu-Transport-Logistique.fr | Ferroviaire | publié le : 05.09.2019 | Dernière Mise à jour : 05.09.2019

La part de marché des opérateurs de fret alternatifs est passée de 31 % en 2017 à 33% en 2018.

Crédit photo OC

L’intérêt pour le fret ferroviaire se maintient. Mais de nombreuses incertitudes persistent en dépit d’avancées très constructives. La neuvième journée Fret ferroviaire et OFP 2019 sera donc à nouveau l’occasion de faire le point sur l’ensemble des thématiques du moment propres à ce mode de transport.

C’est à nouveau un succès d’affluence qui est attendu pour la neuvième journée Fret ferroviaire et OFP 2019 (Opérateurs Ferroviaires de Proximité). Elle devrait, en effet, réunir quelque 350 participants venant de tous les horizons (entreprises ferroviaires, chargeurs, État, Régions, chambres de commerce et d'industrie (CCI), loueurs de locomotives, etc.) le 20 novembre prochain à la Mairie de Levallois dans les Hauts-de-Seine.

Des statistiques confirmant le climat morose  

Au vu des statistiques annuelles récemment publiées par le Commissariat général au développement durable (CGDD), il s’avère possible de dresser un état des lieux du secteur. Il en ressort que le transport terrestre de marchandises hors oléoducs est en hausse de 2,2 % en 2018. Il s’élève ainsi à 356 milliards de tonnes km (Md t-km) porté par une croissance de 2,9 % du transport routier.

Fortement impacté par les grèves du premier semestre 2018, le transport ferroviaire de marchandises chute de son côté de 4,2 % à 32 Md t-km, les tonnages transportés se limitant à 84 millons de tonnes (Mt) seulement. La  part modale du ferroviaire stagne donc à 9 %. Elle oscille depuis depuis 2007 autour de 10 %, avec un point bas de 8,5 % en 2010. Cette part était, pour mémoire, de 16 % en 2000 !  Enfin, la part des entreprises ferroviaires privées (hors groupe SNCF) progresse encore de deux points pour s’établir à 33 %. S’agissant des premiers mois de l’année 2019, autant l’activité avait été bien orientée en début d’année, autant elle semble marquer un ralentissement dans certains secteurs comme la sidérurgie et l’automobile depuis juin.

Les retombées de la LOM

Les entreprises ferroviaires sont également dans l’expectative concernant les  retombées de la future loi LOM (Loi d’Orientation des Mobilités). D’autant que cette dernière, dans sa rédaction actuelle, "fait obligation à l’État d’établir un plan d’actions en faveur du report modal vers le rail", indique André Thinières, délégué général d'Objectif OFP.

Cette même loi qui pourrait être promulguée d’ici la fin de l’année donnera aussi des orientations quant à la possibilité pour les Régions d’intervenir financièrement sur les 3 200 km de lignes capillaires voyant passer à la fois des TER et des convois fret.

SNCF renforce ses engagements en faveur du fret

En attendant, les opérateurs ne peuvent que se féliciter des nouvelles relations qu’elles nouent avec SNCF Réseau en prolongement de la mise en place de la nouvelle organisation Nouvel’R. La dernière mesure annoncée est la création d’une "plateforme nationale fret". Celle-ci facilitera l’accès au Réseau Ferré National (RFN) et la programmation à moyen terme des travaux d’amélioration, le gestionnaire de l’infrastructure ferroviaire poursuivant là son objectif d’augmenter la fréquentation de ses lignes. SNCF Réseau travaille, parallèlement, à la création d’outils modernes pour le tracé des sillons et pour la gestion de l’exploitation.

Enfin, et à la demande expresse des opérateurs de fret, un nouveau comité de pilotage des lignes capillaires se réunira le 25 septembre prochain. La dernière en date avait eu lieu en janvier 2018.

Des nouvelles mesures impactantes

Toutes ces avancées faciliteront le développement du trafic. Elles ne doivent pas toutefois, occulter le fait que de nouvelles mesures pourraient être hautement défavorables à la bonne marche des OFP… à la santé financière plus fragile que celle des entreprises ferroviaires (EF).

L’une d’entre elles est toute récente puisqu’il s’agit de l’alignement fiscal sur le gasoil non routier. Celui-ci devrait se faire en 3 ans. Cela aura immanquablement un impact sur la compétitivité des OFP et autres EF, le poste énergie représentant déjà 15 à 20 % de leurs charges.

Enfin, cette 9e ournée OFP ne saluera pas la création d’un nouveau OFP et ce, pour la quatrième année consécutive. Cette situation est d’autant plus étonnante que de plus en plus de chargeurs sont enclins à se tourner vers des solutions de transport plus écologiques. Ainsi en est-il de l’expérimentation menée courant juin 2019 sur le port de La Rochelle pour le transport de coils.

 

Auteur

  • Olivier Constant

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format