Menu
S'identifier

Fret aérien : Paris-Vatry en pointe dans le fret sanitaire

Actu-Transport-Logistique.fr | Aérien | publié le : 04.05.2020 | Dernière Mise à jour : 04.05.2020

L'Antonov 225 présente une capacité d'emport maximale de 250 tonnes.

Crédit photo Aéroport. de Paris Vatry

La plateforme marnaise a dernièrement fait l’actualité en accueillant l’Antonov 225, le plus gros avion cargo au Monde. Ce trafic de matériel sanitaire, ainsi que d’autres vols charter, devraient permettre à Paris-Vatry de dépasser le cap des 10 000 tonnes de fret traitées d’ici à la fin de l’année 2020. 

L’aéroport de Paris-Vatry renoue avec le gigantisme. Il a, en effet, accueilli le plus gros avion cargo au Monde le 19 avril, une première depuis 2014. En provenance de Tianjin (Chine), l’Antonov 225 transportait à son bord 150 tonnes de matériel sanitaire pour le compte d’une société privée.

"Ce chargement a constitué un nouveau record du monde au plan du volume transporté avec près de 1 000 m3. Non moins de 8 h 30 ont été nécessaires pour assurer le déchargement de l’appareil qui voisinait ce jour-là avec un Antonov 124, autre monstre de l’air avec une capacité d’emport de 150 tonnes", indique Romain Maillet, porte-parole de l’aéroport de Paris-Vatry. 

Croissance exponentielle

Même si le matériel sanitaire ne présente pas des masses importantes, l’aéroport de Paris-Vatry ne peut que se féliciter de cet apport ponctuel de trafic charter. Au 21 avril, ses tonnages avaient progressé de 374 % depuis le début de l’année avec un total de 3 738 tonnes. Le trafic lié à la lutte contre l’épidémie de coronavirus a généré à lui seul 1 240 tonnes (dont près de 150 millions de masques de protection) entre le 1er et le 21 avril. Il devrait se poursuivre à raison de deux vols par jour d’ici fin mai. 

Mais l’embellie dont profite la plateforme marnaise n’est pas liée uniquement au transport de matériel sanitaire pour le compte de l’État, des collectivités territoriales et autres sociétés. Paris-Vatry profite aussi, en effet, de l’acheminement de porcs reproducteurs vers la Chine. Il se tient prêt également à accompagner le redémarrage des usines automobiles en réceptionnant des pièces produites en Europe d’ici peu. Enfin, il va poursuivre la réalisation de vols pharmaceutiques à destination des États-Unis.  

Cap vers les 10 000 tonnes annuelles

Toutes ces perspectives pourraient conduire l’aéroport à dépasser le cap des 10 000 tonnes de fret traitées cette année. Ce serait, alors, un exercice à marquer d’une pierre blanche si l’on prend pour référence les 2 869 tonnes manutentionnées en 2019. Ces tonnages à cinq chiffres pourraient, à court terme, être confortés également par le développement de l’e-commerce entre la Chine et la France.

Paris-Vatry pourrait, sur ce point, tirer tous les bénéfices de l’accord signé en début d’année avec le transitaire franco-chinois FTL. Les premiers vols charter, qui avant la crise sanitaire actuelle, étaient programmés à la fin du premier semestre 2020, pourraient, à présent, être reprogrammés à partir du second semestre de l’année.  

Auteur

  • Olivier Constant     

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format