Menu
S'identifier

Air Austral franchit la barre des 10 000 tonnes annuelles

Actu-Transport-Logistique.fr | Aérien | publié le : 28.05.2018 | Dernière Mise à jour : 28.05.2018

La concurrence n’a jamais été aussi forte sur l’axe Métropole/La Réunion. Cinq concurrents français se partagent le marché.

Crédit photo Air Austral

En dépit de l’arrivée d’un nouveau concurrent sur l’axe Métropole/La Réunion, la compagnie aérienne réunionnaise a réussi à augmenter ses tonnages fret au cours de l’exercice 2017-2018. La nouvelle envolée des prix du kérosène pourrait toutefois rendre l’année 2018 beaucoup plus délicate qu’anticipé initialement.

Air Austral a enfin réussi à dépasser la barre des 10 000 tonnes de fret transportées au cours de l’exercice clos au 31 mars 2018. La compagnie réunionnaise a en effet transporté 10 252 tonnes de fret et 3 577 tonnes de poste durant cette période. Au global, la progression a été de 5 % d’une année sur l’autre. Ces deux trafics représentent 11 % de l’activité commerciale de la compagnie, la part de chiffre d’affaires réalisé ayant été de 40,195 millions d’euros, en hausse de 5 % également.

Des parts de marché préservées

Mais cet exercice n’a pas été un long fleuve tranquille. "Nous avions un déficit de trafic par rapport au budget initial durant les six premiers mois de l’année IATA. Nous avons toutefois effectué un rattrapage au cours du second semestre grâce à une forte agressivité commerciale. Et nous avons réussi à maintenir nos prix", se félicite Jean-Marc Grazzini, directeur général adjoint en charge des affaires commerciales de la compagnie.

Ce dernier point constitue assurément un point très positif à l’heure même où la concurrence n’a jamais été aussi forte sur l’axe Métropole/La Réunion. Depuis l’arrivée de French Bee en juin 2017, ce sont désormais cinq concurrents… français qui se partagent le marché. Dans ce contexte, la compagnie locale enregistre de bons résultats puisqu’elle est parvenue à augmenter sa part de marché d’un point passant de 34,5 % à 35.3 %. Ce maintien des positions n’aurait pas été rendu possible sans le redéploiement de deux vols hebdomadaires de Paris sur Marseille à partir d’octobre 2017.

Avec Mayotte, qui est desservi par des avions décollant à pleine charge (capacité 14 tonnes de fret) malgré la longueur limitée de la piste, ce sont aujourd’hui 80 % du trafic fret qui transitent par cet axe.

Les résultats sont tout aussi probants sur la ligne La Réunion - Bangkok. Desservie depuis novembre 2016 en Boeing 787-8 à raison de deux fréquences hebdomadaires, cette liaison a vu son trafic fret multiplié par sept.

L’impact du partenariat avec Air Madagascar

Pour l’exercice en cours, Air Austral a prévu une nouvelle augmentation de son tonnage de l’ordre de 1 %. Une partie de la croissance devrait découler des nouveaux courants de trafic qui ne manqueront pas de se mettre en place dans le prolongement de l'opération de rachat de 49 % des parts d’Air Madagascar fin novembre 2017. Parmi les premières synergies mises en place figure la désignation d’Air Austral comme GSA (Agent général de ventes) d’Air Madagascar pour la commercialisation des soutes au départ de Paris. Cet accord de GSA sera élargi prochainement à la Réunion. Air Austral prévoit également d’intensifier ses emports fret sur les aéroports secondaires de la grande île qu’elle dessert.

Un autre chantier de l’exercice 2018-2019 va résider dans la poursuite du travail de rééquilibrage des flux avec la Métropole. La compagnie peut, à cette fin, compter sur les accords de coopération avec les producteurs locaux de fruits et les coopératives de pêche pour augmenter ses volumes dans le sens La Réunion - Métropole.

Le kérosène : une inconnue de taille

La seule inconnue, mais de taille, réside dans l’évolution des cours du kérosène puisque ce poste représente environ 20 % des coûts d’exploitation de la compagnie. Les prix du carburant avion ont en effet augmenté de plus de 50 % depuis deux mois. "Air Austral évalue donc dès maintenant les diverses options lui permettant de faire face à cette augmentation, si celle-ci devait perdurer", conclut Jean-Marc Grazzini.

Auteur

  • Olivier Constant

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format