Menu

Transport combiné : la plateforme de Niort-Saint-Florent poursuit sa montée en puissance

Actu-Transport-Logistique.fr | Ferroviaire | publié le : 03.04.2018 | Dernière Mise à jour : 05.04.2018

Des terrains sont déjà réservés pour accueillir une nouvelle cour ferroviaire de 500 m de longueur et de 27 m de large. Elle comportera deux voies de même longueur.

Crédit photo CCI Deux Sèvres

Un peu plus de deux ans après sa mise en service, la plateforme de transport combiné de Niort-Saint-Florent, en Poitou-Charentes, réalise un démarrage conforme à ses prévisions. Modal Ouest, son opérateur, prévoit la création d’une seconde liaison dès lors que la première ligne aura atteint sa saturation.

Mise en service début janvier 2016, la plateforme de transport combiné de Saint-Florent voit ses trafics évoluer à la hausse. Troisième installation de Niort Terminal, complétant ainsi les deux zones embranchées de La Crèche et de Prahecq, celle-ci a manutentionné 1 900 UTI (Unités de Transport Intermodal) en 2016, puis 4 200 l’année passée. Ce trafic pourrait passer à 6 000 cette année.

Prochain retour à une troisième rotation

Les acheminements étaient à l’origine assurés au moyen de deux rotations hebdomadaires sur Fos-sur-Mer et continuation sur Parme (Italie) en partenariat avec l’opérateur italien Métrocargo et sur Perpignan. Puis une troisième rotation hebdomadaire avait été mise en place à partir du 1er avril 2017. Mais un "trou d’air dans les remises", comme l’exprime Alain Chateigné, responsable commercial de Niort Terminal, "nous a conduits à suspendre cette troisième rotation en août 2017. Puisque nous recommençons à saturer les deux fréquences existantes, nous devrions remettre en place cette troisième rotation hebdomadaire d’ici deux à trois mois". 

Toujours courant 2017, la plateforme a aussi profité de l’apport de trafic découlant à la fois de la suspension d’activité de son homologue de Château-Gontier ainsi que de la disparition du service assuré par Combiwest sur Rennes-Marseille.

Et puisqu’une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, la liaison est désormais enfin équilibrée au niveau des remontées. Effectif depuis l’automne 2017, ce mouvement a été rendu possible grâce à des acheminements de carrelage, bobines et autres tôles d’acier en provenance d’Italie.

Une seconde ligne sous conditions

Pour autant, "il n’y aura pas de seconde ligne au départ de la plateforme de Saint-Florent tant que nous n’aurons pas saturé la liaison existante. Dès que ce sera le cas, c’est-à-dire pas avant 2019, nous pourrons alors prévoir l’ouverture d’une seconde liaison sur Paris-Le Havre, voire Nancy", prévient Alain Chateigné.

Des terrains sont déjà réservés pour accueillir une nouvelle cour ferroviaire de 500 m de longueur et de 27 m de large. Elle comportera deux voies de même longueur. Cet investissement de 5 millions d’euros devant accompagner la montée des trafics au cours de la prochaine décennie sera supporté par le Syndicat Mixte ouvert composé des collectivités locales et de la CCI 79. 

Bonnes perspectives sur les conteneurs de grande longueur

À l’avenir, Modal Ouest, qui assure la commercialisation de l’offre de transport combiné, devrait continuer à se renforcer. Déjà, trente-six transporteurs ou chargeurs ont rejoint cette SAS à capital variable. Ils étaient vingt-cinq à l’origine. Ce sera ainsi la confirmation que le développement du report modal est bien en marche en ex-Région Poitou-Charentes. D’autant que les perspectives sont grandissantes dans ce domaine avec le développement des conteneurs 45 pieds. Ceux-ci pourraient avoir plus de mal à être acheminés par la route du fait d’une pénurie de conducteurs œuvrant sur les longues distances.

Au-delà de la plateforme de Saint-Florent, les deux zones niortaises précitées devraient, de leur côté, faire l’objet de projets de développement au cours des prochaines années. Celle de La Crèche connaît un trafic annuel de 100 000 tonnes environ, composé majoritairement de céréales et de bobines d’acier. La seconde zone embranchée de Prahecq traite pour sa part environ 50 000 tonnes de liquide par an.

Auteur

  • Olivier Constant

Les plus lus

Abonnez-vous

Pour rester au coeur de votre métier, profitez dès maintenant de l'accès numérique au site www.actu-transport-logistique.fr en vous abonnant à L'Officiel des Transporteurs ou à Logistiques Magazine.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format