Menu
S'identifier

Premier test réussi pour le drone de livraison d’Airbus à Singapour

Actu-Transport-Logistique.fr | Supply Chain | publié le : 16.02.2018 | Dernière Mise à jour : 16.02.2018

L'engin s’est posé sur le toit d’un bâtiment, avant d’être chargé par un bras robotisé et de repartir vers son point de livraison, un casier dont l’accès est accessible par un code d’accès.

Crédit photo Airbus

Airbus vient de réaliser à Singapour une première démonstration de livraison de petits colis avec son drone Skyways. Le groupe aéronautique propose une solution de gestion globale drone plus système d’exploitation.

Airbus n’a pas l’intention de laisser filer le marché des drones pour la livraison de petit colis. Le 8 février, un drone baptisé Skyways a réalisé un premier vol autonome sur le site de l’Université nationale de Singapour : l’engin s’est posé sur le toit d’un bâtiment, avant d’être chargé par un bras robotisé et de repartir vers son point de livraison, un casier dont l’accès est accessible par un code d’accès. Le choix de Singapour n’est pas anodin.

En partenariat de la poste de Singapour

En février 2016, Airbus Helicopters, la branche qui chapeaute les opérations drones, a conclu un partenariat avec l’Autorité de l’aviation civile de Singapour (CAAS) pour développer un système autonome de livraisons en milieu urbain.

La poste de Singapour s’est depuis associée au projet en tant que partenaire logistique. Airbus se concentre pour sa part sur les drones eux-mêmes, ainsi que le système d’exploitation des vols et des plateformes d’envol, avec une gestion sécurisées des colis de bout en bout.

Boeing et Airbus, deux stratégies différentes

Les drones de Skyways sont avant tout destinés à être utilisé dans le milieu densément peuplé de la cité-État. "Ce projet contribuera à élaborer des règles novatrices pour soutenir le développement de l'industrie des avions sans pilote à Singapour", souligne Kevin Shum, le directeur général du CAAS.

Les tests vont continuer à s’effectuer au sein du campus de l’Université, où se trouve le centre de R&D du projet, avec des livraisons de colis de 2 à 4 kg. Airbus développe en parallèle des drones autonomes de tailles plus imposantes comme les taxisdrone Vahana et CityAirbus.

Son concurrent Boeing travaille de son côté sur un prototype de drone destiné à convoyer du fret plus lourd, jusqu’à 230 kg. L’avionneur le destine à des missions professionnelles en dehors des milieux urbains, comme le ravitaillement de plates-formes pétrolières offshore.

 

Auteur

  • Grégoire Hamon

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format