Menu
S'identifier

Numii, objet connecté pour mesurer les risques sur la santé au travail

Supply Chain Magazine | Supply Chain | publié le : 12.12.2017 | Dernière Mise à jour : 01.01.2018

Posé à proximité de l’opérateur, Numii, qui ne pèse que 2 kilos, scanne les gestes de l’opérateur, ainsi que l’environnement dans lequel il évolue (chaleur et bruit). Il transmet ensuite les images sur une tablette afin de voir instantanément les postures et zones à risque.

Crédit photo DR

Pour lutter contre les TMS, un objet connecté vient d’être lancé par la société AIO et sera présenté au Consumer Electronics Show de Las Vegas en janvier 2018. Il permettrait de détecter les postures et environnement à risque.

Détecter et donc prévenir les troubles musculo-squelettiques… facile en théorie, plus complexe en pratique. Et si un objet connecté aidait les entreprises à y parvenir ? C’est dans cet objectif que Numii, présenté au Consumer Electronics Show (CES), à Las Vegas, du 9 au 12 janvier 2018, a été lancé par AIO, "Smart Low Tech Company", entreprise experte dans le domaine de la santé au travail.

Objectif : améliorer les conditions de travail

Posé à proximité de l’opérateur, Numii, qui ne pèse que 2 kilos, scanne les gestes de l’opérateur, ainsi que l’environnement dans lequel il évolue (chaleur et bruit). Il transmet ensuite les images sur une tablette afin de voir instantanément les postures et zones à risque.

Le chef d’établissement pourra, en fonction de ce diagnostic, engager les investissements les plus pertinents pour améliorer les conditions de travail de ses employés, mais aussi assurer un suivi individuel de la santé de chacun. Il pourrait ainsi décider du changement de poste de l’un d’entre eux pour éviter les TMS.

Engagement sur un an

L’usage de Numii fonctionne comme certains forfaits de téléphone portable : on s’engage sur un an, avec un nombre déterminé de captations par mois, que cela soit 30 ou 300, et payer 25 à 30 € la mesure, selon le forfait choisi. Si on dépasse, on paye du "hors forfait". "Il ne s’agit donc pas d’un achat pour l’entreprise mais d’un abonnement sur un an, avec un nombre de mesures déterminées par mois, explique Cyril Dané, président de AIO. Récupérant donc l’objet au bout d’un an, nous pouvons effectuer les mises à jour nécessaires sans difficulté."

Testé pendant 2 ans chez un grand donneur d’ordre de l’aéronautique, Numii devrait également faire ses premiers pas fin janvier chez un grand spécialiste de la gestion de colis…

Des données à disposition de la recherche

Développé en collaboration avec l’INRIA* depuis deux ans, l’ensemble des données générées par Numii sera anonyme puis transmis à un CHU pour une mise à disposition de la recherche, afin d’enrichir la connaissance médicale sur l’origine des TMS et des maladies professionnelles, et permettra de mieux les prévenir.

* L'Institut national de recherche en informatique et en automatique

Auteur

  • Éloïse Leydier

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format