Menu
S'identifier

La Poste ouvre une nouvelle plate-forme en Ile-de-France

Actu-Transport-Logistique.fr | Supply Chain | publié le : 07.05.2021 | Dernière Mise à jour : 07.05.2021

Cette nouvelle plate-forme de 12 hectares et équipée de 136 portes à quai emploiera 330 personnes.

Crédit photo Groupe La Poste

La Poste vient de mettre son mettre en production sa plate-forme de tri, à Monterau-sur-le-Jard, en Seine-et-Marne. C'est plus grande en France, en surface mais aussi en capacité, avec 37000 colis/jour.

La Poste continue d’investir. Depuis 2019, 4 plates-formes de tri Colissimo "ultra-modernes" ont déjà vu le jour. C’est la 5e, à Montereau-sur Jard en Seine-et-Marne, qui est entrée en production fin avril, capable de trier 37 000 colis par heure. Soit la plus performante des cinq. Cette nouvelle plate-forme de 12 hectares, équipée de 136 portes à quai, emploiera 330 personnes et récupèrera entre avril et juin 2021 une partie de l’activité celle de Moissy, également en Seine-et-Marne.

Il faut dire que l’e-commerce, en plein essor depuis le début de la crise sanitaire, ne fait qu’augmenter. 17 400 nouveaux e-commerçants ont émergé l’an passé selon la Fevad, si bien que le e-commerce représente 13,4 % du commerce de détail, contre 9,8 % en 2019. Pour sa part, La Poste a constaté une croissance de 50 % du volume de ses colis, rien qu’au 1er trimestre. 2 millions de colis sont ainsi acheminés chaque jour partout en France.

Des technologies de pointe

Représentant un investissement de 41,2 millions d’euros (M€) sur un total de 450 M€ depuis 4 ans, la plate-forme Ile-de-France Sud est un concentré de technologie de pointe. En effet, c’est un double trieur qui permet le tri de 37 000 colis/heure - contre 30 000 dans certaines des autres plates-formes.De son côté, la technologie "by-pass" permet aux colis de prendre un raccourci pour arriver à leur quai de destination plus rapidement et ainsi laisser le passage aux colis suivants.

En parallèle, 24 "Express Snoot", sortes de bras articulés permettant le glissement des colis et limitant les gestes et déplacements des manutentionnaires., faciliteront le déchargement des camions. De plus, un chargement des camions en vrac et l’utilisation de caisses mobiles optimiseront l’emport de colis de 30 % par rapport à la semi-remorque. 15 000 tonnes de CO2 seront ainsi évitées.

Auteur

  • Marie-Helen Gallon

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format