Menu
S'identifier

Uber Freight se positionne en Pologne

Actu-Transport-Logistique.fr | Routier | publié le : 05.11.2019 | Dernière Mise à jour : 05.11.2019

La start up connaît bien la Pologne où elle est déjà active pour le transport de personnes et pour la livraison de repas, avec Uber Eats.

Crédit photo Uber Freight

Six mois après les Pays Bas et trois mois après l’Allemagne, la Pologne est devenue en octobre le troisième pays européen où Uber a lancé son application Uber Freight, qui met en relation transporteurs et chargeurs. 

Uber Freight poursuit son expansion en Pologne. Daniel Buczkowski, responsable de la stratégie d’expansion du groupe texan en Europe, a annoncé fin octobre son entrée sur le marché polonais, six mois après les Pays Bas et trois mois après l’Allemagne. La plateforme Uber Freight, née en 2017 aux Etats Unis, met en relation transporteurs et chargeurs, indépendamment de leur taille. 

En terrain connu

Uber connaît bien la Pologne. La start-up américaine y est déjà active tant pour le transport de personnes que pour la livraison de repas, avec Uber Eats. "60 % des cargaisons transportées en Europe le sont par une entreprise polonaise", estime Daniel Buczkowski.

Autre argument invoqué par le responsable :  un marché national qui connaît une forte croissance, du fait de la hausse sensible du PIB national et de la croissance du e-commerce."Le secteur de la logistique emploie en Pologne 300.000 personnes", souligne Daniel Buczkowski.

De la place pour de nouveaux venus

Derrière les USA et la Chine,le marché du transport européen est le troisième au monde. De son côté, celui de la logistique en Europe est estimé à 400 milliards de dollars par l’entreprise. Malgré la présence de concurrents déjà installés, comme Chronotruck de Gefco, Timcomm ou la start-up de Hambourg Cargonexx,"il y aurait donc assez de place pour de nouveaux venus sur le créneau des transitaires", assure Uber.

Parmi les particularités du modèle économique d'Uber Freight : l'absence de commission fixe. En effet, les rapports avec le transporteur et avec le chargeur font l’objet de "deux transactions complètement séparées", dont le montant est défini par un algorithme. Le revenu d’Uber vient de la différence entre elles, selon une porte-parole du groupe.

Une réponse aux retours à vide

Dans ce contexte, le principe décliné en Pologne reste fidèle, à celui appliqué aux Pays-Bas et en Allemagne, y compris concernant les retours à vide."Si vous êtes un transporteur ayant livré un chargement à Amsterdam et doit retourner à Voarsovie, vous vous connectez sur l’application Uber Freight, trouvez un chargement au départ d’Amsterdam destiné à Varsovie ou ses environs, et l’application vous donne les détails -sur la marchandise, sur le chargeur, sur l’évaluation de ce dernier. Et quand vous appuyez sur ‘réserver 
le chargement’, il vous est réservé et vous recevez toutes les informations nécessaires dont les dates de prise en charge et de livraison"
, détaille la porte-parole.

Conclusion : "nous apportons une réponse au problème des trajets à vide, de la pénurie en chauffeurs et au problème de liquidité, notamment des petites entreprises", insiste Daniel Buczkowski.

Auteur

  • Nathalie Versieux

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format