Menu
S'identifier

environnement

Transition verte : le transport routier réclame une feuille de route claire pour l'Europe

L'Officiel des Transporteurs | Routier | publié le : 19.05.2020 | Dernière Mise à jour : 19.05.2020

Une feuille de route stratégique dotée d’un cadre contraignant pour introduire les technologies vertes permettrait aux entreprises de faire les bons investissements.

Crédit photo Adobe Stock

Les fédérations de transport routier de marchandises nordiques, allemande et française demandent une feuille de route et des signaux clairs concernant les investissements à réaliser pour une transition verte du secteur des transports en Europe.

Dans le cadre du Green Deal, les législateurs européens sont sur le point de débattre de l’augmentation de l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 40 % à 50/55 %, voire 65 % jusqu’en 2030. Les fédérations de transport routier de marchandises nordiques (NLA), allemande (BGL) et française (FNTR) souhaitent désormais une feuille de route stratégique dotée d’un cadre contraignant pour introduire les technologies vertes pour tous les secteurs liés aux transports, y compris le secteur de l’approvisionnement énergétique, les stations-service et les fournisseurs de services. Ces précisions permettraient ainsi aux entreprises de faire les bons investissements.

Des incitations économiques

"La politique européenne doit établir des règles générales en définissant les sources d’énergie de l’avenir, en donnant aux fabricants un signal fiable pour les investissements futurs et en faisant en sorte que la technologie appropriée soit utilisée par l’industrie tandis que les États membres mettront en œuvre la feuille de route de manière harmonisée", soulignent les fédérations, qui rappellent qu’elles sont prêtes "à faire [leur] part, de même que les autres modes devront le faire également". 

Assurant que les entreprises du secteur sont engagées à réduire davantage les émissions de gaz à effet de serre pour lutter contre le réchauffement climatique, elles demandent ainsi aux législateurs d’adopter une "approche pragmatique", avec des incitations économiques qui doivent être introduites, tout en assurant une concurrence loyale au-delà des frontières. Elles soutiennent en outre que l’ensemble du secteur du transport, principalement composé de PME, a déjà beaucoup travaillé, depuis plus de 20 ans, sur la transition écologique, "en réduisant les émissions de polluants atmosphériques ainsi que la consommation de carburant". 

Auteur

  • Gwenaëlle Ily

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format