Menu
S'identifier

Le témoin de la semaine

SARL Bour : "Il faut que nos dirigeants laissent travailler les entreprises !"

Indicateurs | publié le : 17.07.2019 | Dernière Mise à jour : 17.07.2019

Christophe Chabaud, gérant de la SARL Bour.

Crédit photo DR

Le transport routier mal-aimé, tel est le point de départ de bien des injustices à l'égard de la profession. C'est l'avis de Christophe Chabaud, gérant de la société Bour, implantée en Seine-et-Marne. Interdictions, directives, nouvelles procédures de la part du gouvernement, dénigrement de la part des médias. On fustige une profession pourtant indispensable à l'approvisionnement de notre société.

"Trop souvent, des directives nouvelles ou des évolutions réglementaires, voire fiscales, sont motivées par une volonté de simplification. Cette dernière est souvent l’arbre qui cache la forêt. Prenons l’exemple de la mise en œuvre du prélèvement à la source. Au mois de novembre dernier, son report était en question. Était avancé le manque de préparation des entreprises. Ce qui était totalement faux. Les entreprises, notamment celles du transport routier de marchandises, étaient prêtes, elles avaient investi dans les logiciels nécessaires. C’est l’administration qui n’était pas prête !

Démotivation généralisée

Plus globalement, il faut que nos dirigeants laissent travailler les entreprises, notamment celles de petite taille, qui constituent un véritable vivier et dont le savoir-faire est trop souvent sous-estimé. Je déplore aussi une démotivation généralisée à l’égard du travail, en tant que notion mais aussi en tant que valeur. Travailler est la moindre des choses.

Opérant en région parisienne, je m’étonne par ailleurs de décisions d’interdiction de circulation prises à l’encontre de véhicules d’anciennes générations, sachant que l’activité économique repose très largement sur celle du TRM. Je suis un fervent partisan du progrès ; seulement il convient de ne pas aller plus vite que le progrès technique.

Dénigrement

Enfin, je tiens à souligner que la pénurie de conducteurs, notamment dans notre spécialité, demeure préoccupante. Elle n’est pas sans lien avec la considération que l’on porte au travail et au dénigrement dont notre profession est si souvent la cible dans les médias généralistes. Le transport routier de marchandises, par ses spécificités, ne devrait pas être maltraité comme il l’est. Il est indispensable à l’approvisionnement. La société doit s’en rendre compte et les politiques en faciliter la prise de conscience."

 

Repères

• Siège : Poincy (77)

• CA 2018 : 2,5 M€

• Effectif : 19 salariés dont 15 conducteurs

• Parc : 29 véhicules dont 16 moteurs

• Activités : citerne, benne, porte-engin, levage

Auteur

  • Antoine Dufeu

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format