Menu
S'identifier

Patrick Pélata : "Il faudrait que les autoroutes électriques soient en place avant fin 2029"

Solutrans | publié le : 15.12.2021 | Dernière Mise à jour : 15.12.2021

Le concept de routes électriques (electric road system) est sérieusement étudié comme moyen efficace pour diminuer les émissions carbone sur longue distance. Le sujet a été abordé lors d'une conférence à Solutrans.

Crédit photo Marie Albessard

Président de Meta Strategy Consulting et ancien directeur général de Renault, Patrick Pélata a piloté un groupe de travail sur l’electric road system (ERS) afin de préparer un état des lieux et des propositions pour le ministre des Transports, en vue d’élaborer une politique nationale.

L’Officiel des transporteurs : Quel était le but du groupe de travail que vous avez piloté ?
Patrick Pélata : L’objectif était de faire un point sur les avantages et inconvénients de la route électrique, de voir dans quelles conditions il faudrait l’utiliser et quelles pourraient être les conditions économiques. Le but était aussi de faire la comparaison avec la situation d’aujourd’hui en exploitation diesel et avec les autres solutions, en particulier le tout-batterie électrique, solution dans laquelle nombre de constructeurs s’engagent. Nous pensons que tous les camions qui vont faire de la longue distance, y compris les VUL – qui représentent près de 20 % des distances parcourues – sont sur autoroute. Le dernier élément était de savoir quel serait le gain en émissions de CO2. Venant du monde du tout-batterie, je pensais que c’était la solution. Mais quand on regarde les conditions d’exploitation, les coûts, les masses emportées par les camions et le bilan CO2 du transport, l’autoroute électrique paraît être une très bonne solution. Il y aura des camions à batterie d’un côté et des camions à batterie dotés d’un équipement pour rouler sur ERS en longue distance d’un autre. On envisage que cet équipement coûtera quelques centaines d’euros si c’est la technologie au sol qui est retenue, plus cher si c’est la solution à caténaires. (...)

L'OT : L’échéance de décision est donc très proche ! Quel est le calendrier ?
P. P. : Il faudrait que l’ERS soit en place avant fin 2029 pour que les nouveaux camions vendus puissent l’utiliser au moins pour la phase 1 (4 900 km d’autoroute électrifiée d’ici à 2030). Mais pour atteindre cet objectif, il faut du temps pour tirer une ligne de 225 000 ou 400 000 volts sur une autoroute (quatre ans), à quoi il faut ajouter les travaux. Il faut que cela se décide avant fin 2023 pour qu’à l’horizon 2030 nous ayons des camions qui roulent massivement sur ERS. Il faut que nous ayons les 4 900 premiers kilomètres d’autoroute électrifiée opérationnels en France et la même chose dans d’autres pays à cette échéance.

> Lire l'intégralité de l'article dans l'Officiel des transporteurs (réservé aux abonnés)

Auteur

  • Marie Albessard

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format