Menu
S'identifier

Panique sur les palettes en cas de Brexit dur

Actu-Transport-Logistique.fr | Routier | publié le : 12.03.2019 | Dernière Mise à jour : 12.03.2019

Plus de 3 millions de palettes se déplacent chaque mois entre le Royaume-Uni et l'UE et moins d’un tiers d’entre elles respecteraient les normes de l'OMC (Organisation mondiale du commerce).

Crédit photo Adobe Stock

En cas de Brexit sans accord, une grande majorité de palettes en bois utilisées au Royaume-Uni ne pourront plus entrer dans l’Union européenne. Une entreprise sur huit du secteur agroalimentaire pourrait mettre la clé sous la porte, préviennent les industriels.

Comme un cauchemar dont les mauvaises nouvelles s’accumulent de jour en jour, le Royaume-Uni vient de découvrir qu’il risquait de se trouver à court de palettes en cas de "Hard Brexit". Si aucun accord n’est trouvé, le Royaume-Uni se verra attribuer un statut de "pays tiers" par l'Union européenne. Il devra se soumettre à des règles internationales pour exporter ses marchandises sur le continent. Or, le ministère de l’Environnement, de l’Alimentation et des Affaires rurales (DEFRA) a fait savoir fin février aux chefs d’entreprise que le pays manquait de palettes en bois conformes aux normes internationales.

Plus de 3 millions de palettes se déplacent chaque mois entre le Royaume-Uni et l'UE et moins d’un tiers d’entre elles respecteraient les normes de l'OMC (Organisation mondiale du commerce). La grande majorité des palettes en bois ne sont pas conformes à la norme internationale NIMP 15, qui implique des traitements thermiques et un nettoyage spécifique pour éviter toute contamination, ainsi que des marquages précis. Les règles en la matière pour les échanges entre les États-membres sont en revanche beaucoup plus souples.

Un report de la date du divorce ?

La semaine dernière, le DEFRA a tenu une réunion avec "les représentants de l’industrie des produits alimentaires et des boissons", explique Business Insider, à l’origine de cette information. Ces représentants font part de leur incompréhension face à cette information si tardive, à un mois seulement de la sortie prévue du Royaume-Uni de l’UE.

Selon de hauts responsables de l’industrie agroalimentaire au Royaume-Uni, une entreprise sur huit pourrait cesser ses activités si le Royaume-Uni quittait l’UE sans un accord de retrait. Outre cette crise de palettes à gérer, le Royaume-Uni devrait s'inscrire auprès de l'UE en tant qu'exportateur de pays tiers, et rien ne garantit que cela se fasse immédiatement.

Enfin, la Food Standards Agency (FSA), agence responsable de la protection de la santé publique, a prévenu qu'il y aurait probablement des retards physiques dans les ports en raison des contrôles supplémentaires requis et du manque d'installations d'inspection dans certains ports clés, y compris Calais. Sans oublier l'imposition de droits de douane de l'Organisation mondiale du commerce sur les exportations...

Mercredi dernier, les députés britanniques ont apporté leur soutien à la nouvelle stratégie de Theresa May sur le Brexit, qui pourrait déboucher sur un report de la date du divorce, prévu pour le 29 mars.

Auteur

  • Grégoire Hamon

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format