Menu
S'identifier

La Pologne et la Russie se mettent d’accord sur un quota de camions

Actu-Transport-Logistique.fr | Routier | publié le : 22.10.2019 | Dernière Mise à jour : 22.10.2019

En 2016, le blocage des négociations avait mené pendant plusieurs semaines à une fermeture de la frontière au passage des camions.

Crédit photo DR

La Pologne et la Russie viennent de se mettre d’accord après de longues négociations sur le transit marchandises entre les deux pays. L’an prochain, 210 000 camions seront autorisés à franchir la frontière, dans les deux sens, soit autant que cette année. 10 000 de ces licences de transports seront réservées aux camions de pays tiers se rendant en Russie ou en provenance de Russie.

La Pologne et la Russie ont traditionnellement des relations conflictuelles. Les deux pays, partagent une courte frontière commune de 230 km au sud de l’enclave de Kalilingrad, véritable porte d’entrée de l’Union européenne pour les camions en provenance du nord de la Russie ou des pays Baltes.

Chaque année, les deux pays négocient de nouveaux quotas pour régler le transit des marchandises. Régulièrement, ces négociations donnent lieu à d’interminables tractations entre la Russie, pour qui la Pologne est avant tout un pays de transit vers l’Europe de l’ouest et la Pologne, pour qui la Russie est un important débouché pour ses produits agricoles comme industriels. Pour 2020, Varsovie souhaitait réduire le nombre des transports autorisés à 180 000, alors que Moscou souhaitait au contraire passer à 250 000 unités.

Fermeture de la frontière

En 2016, le blocage des négociations avait mené pendant plusieurs semaines à une fermeture de la frontière au passage des camions, au cours du mois de février. Les camions en transit avaient jusqu’au 15 février pour rejoindre leur pays d’origine. Le conflit avait donné à lieu à de colossaux embouteillages et obligé les transporteurs à faire monter leurs véhicules à bord de bateaux à travers la Mer Baltique. En 2011, les transporteurs avaient également du cesser le travail pendant deux semaines, suite au blocage des négociations.
Les négociateurs polonais et russes doivent se retrouver en novembre pour discuter des derniers détails de l’accord prévu pour 2020. Ils doivent notamment encore aborder la délicate question de comment réduire la corruption des agents douaniers, un problème régulièrement évoqué par les transporteurs polonais.

Auteur

  • Nathalie Versieux, à Berlin

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format