Menu
S'identifier

En Bretagne, entre soulagement, esprit combatif et inquiétudes

Actualités | publié le : 30.04.2021 | Dernière Mise à jour : 30.04.2021

Sans surprise, la mesure basée sur le principe du pollueur-payeur n’est pas accueillie avec enthousiasme en Bretagne, où est né le mouvement de protestation des Bonnets rouges en 2013.

Crédit photo Adobe Stock

Retour possible de l’écotaxe, transfert aux régions de certaines portions de routes nationales, fin du diesel d’ici à 2040. On a pris le pouls en Bretagne d’où le mouvement des Bonnets rouges était parti en 2013…

La possibilité d’une écotaxe régionale est diversement appréciée par les régions. Sans surprise, la mesure basée sur le principe du pollueur-payeur n’est pas accueillie avec enthousiasme en Bretagne, où est né le mouvement de protestation des Bonnets rouges en 2013.

Loïg Chesnais-Girard, le président PS du conseil régional, s’est dit hostile au dispositif. Des déclarations qui ont quelque peu "soulagé" l’OTRE Bretagne. Son président, Bruno Théaud, soulève d’autres questions. "Si notre Région ne la met pas en place qu’en sera-t-il à l’échelle de la France ? Et s’il n’y a pas de cohésion nationale, quelle sera la position de l’Europe ?", s’interroge-t-il.

Un faux nez pour faire revenir l'écotaxe

Sans parler de la majorité En marche à l’Assemblée nationale qui, elle, est favorable à cette "contribution" sur les transports routiers. "C’est très inquiétant", prolonge Bruno Théaud, redoutant une décision sans discussion. "S’il faut redescendre dans la rue, comme en 2013, nous recommencerons et nous nous défendrons. Mais le contexte sera différent car nous aurons le soutien de la Région." Pour François Baudoin, président de la FNTR Bretagne, le fait que le dispositif soit régionalisé est "un faux nez" pour tenter de faire revenir l’écotaxe poids lourds dans sa version d’origine.

S’agissant du transfert aux Régions de certaines portions de routes nationales (loi 4D), ce dernier n’y voit qu’un moyen pour l’État de se désengager financièrement. "Nous payons déjà et suffisamment de taxes sur les infrastructures", renchérit de son côté le délégué breton Anthony Rouxel.

Lire l'intégralité de l'article (accès réservé) dans L'Officiel des Transporteurs n°3064 du 23 avril 2021.

Auteur

  • Florence Falvy

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format