Menu
S'identifier

"Job fictions" : l'AFT anticipe les emplois du futur dans le transport et la logistique à horizon 2030

L'Officiel des Transporteurs | Routier | publié le : 07.11.2019 | Dernière Mise à jour : 08.11.2019

Les job fictions de quatre vidéos ont été établis à partir des textes du rapport décrivant pour chaque poste les tâches à effectuer, la technologie à utiliser, mais aussi les motivations et le parcours de la personne pour chaque poste, afin de donner du sens à ces futurs métiers.

Crédit photo Adobe Stock

À quoi ressembleront les métiers des collaborateurs du transport et de la logistique en 2030 ? L’AFT, en partenariat avec Bretagne Supply Chain (BSC), a dressé des portraits de futurs salariés du secteur. L’occasion de se projeter et d’anticiper les évolutions constantes et les prochaines ruptures qui impacteront les métiers de la supply chain.

Pilote de convois routiers, mutualisateur de flux ou responsable des opérations dans un hub logistique. Basés sur un rapport de l’AFT, réalisé avec le soutien de la Direccte et de la Région Bretagne sur les besoins en emplois, compétences et formations dans la logistique et le transport en Bretagne, des métiers du futur ont été décryptés dans quatre vidéos réalisées par l’AFT (l'organisme professionnel de développement de la formation professionnelle Transport-Logistique) et Bretagne Supply Chain (BSC), cluster de la supplychain en Bretagne. Ces "job fictions", qui décrivent des situations de travail de métiers cibles à horizon 2030, font apparaître des activités et compétences (techniques et transverses) impactées par des mutations tant technologiques qu’organisationnelles ou managériales.

Se projeter

"Nous nous sommes attachés à coller à la réalité économique, explique Valérie Castay, directrice du département des études et projets à l’AFT. Par exemple, pour le personnage de Tristan, qui est pilote de convoi, sur un système de platooning, le poste peut être viable mais uniquement si la réglementation évolue." Ces job fictions permettent aux gens de se projeter. L’AFT montre dans son rapport que les innovations technologiques et organisationnelles peuvent avoir des effets positifs sur l’emploi. C’est un avenir à la fois réalisable et souhaitable que ce projet présente, puisqu’il place l’humain au cœur de ces changements, ajoute-t-elle : "On sent une crainte sur l’emploi face à ces mutations et on a ainsi démontré que l’humain peut être envisagé dans un futur bouleversé par les nouvelles technologies."

De nouveaux schémas logistiques

Les job fictions de quatre vidéos ont été établis à partir des textes du rapport décrivant pour chaque poste les tâches à effectuer, la technologie à utiliser, mais aussi les motivations et le parcours de la personne pour chaque poste, afin de donner du sens à ces futurs métiers. Ce projet entend par ailleurs travailler sur les futurs recrutements des entreprises et sur l’attractivité du secteur. "Il vise à toucher les jeunes, les personnes en reconversion, qui ont bien souvent gardé une image du secteur qui appartient au passé alors qu’il a beaucoup évolué et continue à évoluer très fortement, précise Iwen Layec, chargé de mission à BSC, et qui a participé à l’interview fictive d’un conducteur livreur repreneur dans l’une des vidéos. Si le projet présente des job fictions à horizon 2030, certains métiers pourraient apparaître bien plus rapidement."

La démarche visait à montrer que les métiers du secteur changent et peuvent être adaptés à différents modes de vie. "Il fallait déterminer des personnages crédibles, indique Iwen Layec. Pour le pilote de convoi, il fallait imaginer les évolutions du métier de conducteur face à l’arrivée du platooning. Il aurait ainsi davantage un rôle de “surveillant” et consacrerait par ailleurs du temps à sa passion." Avec le développement des solutions d’automatisation et de robotisation, les opérateurs sont assistés dans leurs tâches et se concentrent sur du contrôle. Les job fictions mettent aussi en scène de nouveaux schémas logistiques inspirés de l’Internet physique, le développement du e-commerce, le rôle de service/lien social du livreur de demain, la nécessité d’accroître le report modal ou le besoin de mutualisateurs et de prévisionnistes.

> Lire la suite dans L'Officiel des Transporteurs n° 2995 du 7 novembre 2019.

Auteur

  • Gwenaëlle Ily

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format