Menu
S'identifier

Bruxelles autorise la location de camions pour deux mois

Europe | publié le : 05.01.2022 | Dernière Mise à jour : 07.01.2022

European Commission

Actuellement, la réglementation sur la location de camions sans chauffeur varie considérablement d’un État à l’autre.

Crédit photo Martin Bertrand - stock.adobe.co

La location d'un camion sans chauffeur au sein de l’Union européenne est désormais possible pour une durée de deux mois. Le Parlement et le Conseil européens se sont accordés sur une simplification des procédures de location. Une libéralisation totale du marché étant exclue pour des raisons fiscales.

La commission des transports de l’Union européenne autorise une large majorité des États membres à assouplir la réglementation sur la location de camions sans chauffeur au sein de l’Union. À l’avenir, les vingt-sept devront autoriser leurs transporteurs à louer – pour une durée minimum de deux mois – des camions dans un autre État membre. La nouvelle réglementation limite à 25 % de la flotte le nombre de camions loués à l’étranger. La commission avait d’emblée exclu une libéralisation totale du marché des locations de camion, pour éviter l’effondrement des recettes fiscales liées aux immatriculations. La mesure permet ainsi aux transporteurs de louer plus facilement pour faire face à leurs besoins temporaires, plutôt que de devoir acheter de nouveaux camions.

Une réglementation disparate

Actuellement, la réglementation sur la location de camions sans chauffeur varie considérablement d’un État à l’autre. 13 pays, dont l’Allemagne, exigent ainsi des transporteurs qu’ils fassent immatriculer les véhicules loués plus de vingt jours. Cinq pays – Autriche, Irlande, Luxembourg, Danemark et Slovénie – accordent un délai de trente jours. Huit imposent l’immatriculation immédiate alors qu’en Espagne, la location de camions dans un pays A pour transporter vers un pays B les marchandises d’un pays C est purement et simplement interdite.

Une plus grande flexibilité

Selon la Commission, la libéralisation partielle du marché de la location de camions doit profiter à la fois aux transporteurs – en leur donnant une plus grande flexibilité en cas de grosse commande ou de panne d’un véhicule – et aux clients, qui peuvent espérer une baisse des coûts de transports, sans menacer le paquet Mobilité, alors que certains dénoncent le risque de fraudes sur le principe du retour à la maison.

> Lire l'intégralité de l'article sur l'Officiel des transporteurs (réservé aus abonnés)

Auteur

  • Nathalie Versieux, correspondante à Berlin

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format