Menu
S'identifier

Une année marquée par le Covid pour le port de Hambourg

Actu-Transport-Logistique.fr | Maritime | publié le : 19.03.2021 | Dernière Mise à jour : 22.03.2021

Motif de satisfaction pour Hambourg : les échanges de conteneurs ont progressé avec les USA et la Grande Bretagne en 2020.

Crédit photo Falcon Crest Air

Le trafic marchandises du premier port d’Allemagne, Hambourg, a poursuivi fin 2020 la reprise amorcée au troisième trimestre, sans toutefois parvenir à compenser le fort recul subi en début d’année. Hambourg achève 2020 avec un trafic de 126,3 millions de tonnes contre 136,6 Mt en 2019.

Le trafic marchandises du premier port d’Allemagne, Hambourg, a poursuivi fin 2020 la reprise amorcée au troisième trimestre, sans toutefois parvenir à compenser le fort recul subi en début d’année. Hambourg achève 2020 avec un trafic de 126,3 millions de tonnes (Mt) t contre 136,6 Mt en 2019.La crise sanitaire a particulièrement affecté le port de Hambourg au cours du premier semestre 2020.

"Les six premiers mois ont été marqués par la mise à l’arrêt de nombreux secteurs économiques, la faiblesse de la demande en biens de consommation courante et la baisse de la fréquence des liaisons régulières, rappelle Axel Mattern, directeur commercial de l’association Marketing de Port de Hambourg, HHM. A Hambourg, cela s’est traduit par une chute du trafic de plus de 10 %. Nous sommes heureux d’avoir pu inverser la tendance au second semestre." 

Toutes les filières en baisse

La forte reprise de l’activité au quatrième trimestre ( + 3 % ) a en effet permis à Hambourg de limiter les pertes l’an passé même si la filière conteneurs a déçu en fin d’année, avec un recul de - 1,2  % au quatrième trimestre. Au final le trafic aura chuté l’an passé de - 7,6 % sur un an à 126,3 Mt. L’activité par secteurs fait apparaître une série de revers : - 7,9 % pour les marchandises diverses (87,8 Mt ) ; - 6,7 % pour le vrac ( 38,5 Mt ) ; - 7,9 % pour les conteneurs ( 8,5 M EVP ) ; - 5,8 % pour les liaisons avec l’interland ; - 11,6 % pour le transhipment.

Motif de satisfaction pour Hambourg : les échanges de conteneurs avec les USA ont progressé en 2020 de + 1,8 % et ceux avec la Grande Bretagne de + 28,2 %, tandis que l’activité avec la Chine a reculé de - 8,2 %. "Le fort niveau des échanges avec les USA est d’autant plus surprenant que l’activité économique y a particulièrement souffert du Covid, se réjouit Ingo Egloff, Directeur des relations institutionnelles de HHM. Le record d’activité avec la Grande Bretagne est lié à la hausse de la demande côté allemand et à une augmentation des livraisons vers le Royaume Uni à la veille du Brexit." 

La direction se félicite également d’avoir pu maintenir le port en activité, même au pire de la crise sanitaire : "pendant toute l’année, les bassins avec leurs terminaux, leurs services logistiques et toutes les liaisons de transport vers l’arrière-pays n’ont jamais cessé d’être opérationnels", souligne Ingo Egloff.

Des perspectives troubles

Les perspectives d’avenir du port de Hambourg -dont le rôle est crucial pour le "made in Germany" et pour les exportations allemandes- est trouble. Mi-février, était publiée une étude alarmante commandée par la société gestionnaire du port, HPA, revoyant à la baisse les perspectives de développement pour le secteur des conteneurs. Le potentiel de Hambourg ne serait plus que de 9,5 à 13 M EVP à l’horizon 2035, au lieu des 20 à 30 M EVP espérés jusqu’ici.

Les autorités portuaires se montrent pourtant optimistes. Soucieux d’améliorer leur compétitivité, les différents acteurs sur place ont massivement investi pendant les mois creux de la pandémie. Les exploitants de terminaux HHLA et Eurogate ont ainsi installé de nouvelles grues portiques dans le bassin de Waltershofer, à même de recevoir les très gros porte-conteneurs pour lesquels les travaux d’élargissement et d’approfondissement de l’Elbe viennent de s’achever. "L’approfondissement de l’Elbe est un signal fort pour nos clients internationaux et une condition indispensable pour continuer à jouer dans la catégorie des très gros ports européens", résume le sénateur pour l’Economie et l’Innovation de Hambourg, Michael Westhagemann.

Auteur

  • Nathalie Versieux

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format