Menu
S'identifier

Conflit autour de la fumigation des conteneurs dans le port de Hambourg

Actu-Transport-Logistique.fr | Maritime | publié le : 04.02.2020 | Dernière Mise à jour : 04.02.2020

Les autorités portuaires, dont les revenus sont vitaux pour la ville, se sentent injustement accusées et rappellent qu’une interdiction mettrait fin à tout trafic "vers les pays qui imposent la fumigation pour détruire les nuisibles".

Crédit photo DR

Émoi à Hambourg autour du fluorure de sulfuryle, utilisé dans le port pour la fumigation des conteneurs, conséquence des nouvelles réglementations en vigueur en Australie ou en Nouvelle-Zélande. La quantité de ce gaz a atteint l'an passé le niveau record de 203,7 t, soit quatre fois plus qu'en 2018. Or il est 4 090 fois plus polluant que le CO2. Les autorités de Hambourg demandent son interdiction. 

À Hambourg, les autorités portuaires et la municipalité sont en conflit au sujet de la fumigation des conteneurs. En un an, les quantités de fluorure de sulfuryle utilisées à cet effet dans le port de la ville ont été multipliées par quatre, soit 203,7 tonnes, alors que ce gaz est réputé 4 090 fois plus toxique pour l’environnement que le CO2. Les autorités environnementales de la ville réclament donc l’interdiction de ce gaz dans le port, accusant les autorités portuaires, HHLA, de ne pas les avoir informées à temps de l’augmentation massive de la consommation en 2019.

Vingt espaces de fumigation inaugurés 

HHLA rétorque de son côté que l’augmentation de la consommation est liée à une modification de la législation en vigueur, notamment en Australie et en Nouvelle-Zélande, qui demande aux ports européens de pratiquer la fumigation des conteneurs d’exportation se rendant de l’autre côté du globe. La filiale spécialisée d’HHLA, Unikai, inaugurait donc en septembre vingt espaces de fumigation, avec l’autorisation des autorités environnementales de la ville, et après avoir reçu le feu vert des pompiers, de la police, de l’office chargé de la protection du travail, des responsables de la santé, de ceux de la consommation et de l’institut pour l’hygiène et l’environnement de Hambourg. Une nouvelle autorisation était accordée en octobre pour le terminal d’Altenwerder (CTA). 

Pas d'alternative

Les autorités portuaires, dont les revenus sont vitaux pour la ville, se sentent injustement accusées et rappellent qu’une interdiction mettrait fin à tout trafic "vers les pays qui imposent la fumigation pour détruire les nuisibles", en l’absence d’alternative au fluorure de sulfuryle. Le bromométhane, jadis utilisé pour la fumigation, est interdit dans l’Union européenne depuis 2006. Les armateurs redoutent la délocalisation de certaines activités du port de Hambourg vers Anvers, notamment pour l’exportation de bois. 

Auteur

  • Nathalie Versieux

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format