Menu
S'identifier

Hapag-Lloyd veut multiplier ses participations dans des terminaux maritimes

Actu-Transport-Logistique.fr | Maritime | publié le : 30.01.2020 | Dernière Mise à jour : 30.01.2020

Le groupe confirme par ailleurs vouloir continuer à agrandir sa flotte de porte-conteneurs, cette année ou l’an prochain.

Crédit photo DR

L'armateur Hapag-Lloyd pourrait prendre des participations au capital d'autres terminaux à conteneurs, selon le patron de l'entreprise Rolf Abben Jansen, après avoir récemment investi dans Tanger Med 3 au Maroc, en novembre. Il tient ainsi à s'assurer l'accès à des prix compétitifs.

Hapag-Lloyd va "certainement chercher dans les années à venir à entrer au capital d’autres terminaux pour conteneurs". C’est ce qu’affirme le patron de l’entreprise, Rolf Habben Jansen. Hapag-Lloyd était entré en novembre dernier au capital du terminal de Tanger Med 3 au Maroc, à hauteur de 10 %, et est engagé au capital du HHLA-Terminal CTA de Hambourg. Le TC3, d’une capacité de 1,3 million de containeurs EVP, sera en service mi-2020. Tanger Med, sur le détroit de Gibraltar, est relié à 180 ports mondiaux. "D’autres investissements dans des infrastructures d’importance stratégique similaire sont envisageables afin de s’assurer l’accès à des capacités à des prix compétitifs", poursuit le manager, évoquant le chiffre de "quatre à cinq terminaux" dans lesquels Hapag-Lloyd pourrait prendre des "participations minoritaires de l’ordre de 10 à 20 %", tout en soulignant qu’à la différence de grands concurrents tels que Maersk, MSC, Cosco et CMA GGM, Hapag-Lloyd "n’est pas un opérateur sur le secteur des terminaux et n’a pas vocation à le devenir".

Optimisme pour 2020

Le groupe confirme par ailleurs vouloir continuer à agrandir sa flotte de porte-conteneurs, cette année ou l’an prochain, alors que la branche spécule depuis des mois sur l’achat possible de six gros navires de 23 000 EVP, compatibles avec l’actuelle flotte de 19 000 EVP, à la différence des 25 000 EVP.

L’année 2019 a été positive pour le groupe, selon son directeur. "Nous allons présenter un résultat très positif", assure Rolf Habben Jansen, qui se montre optimiste pour 2020. Le groupe aurait connu en 2019 une croissance de 1 % et mise sur + 1,5 % en 2020, soit légèrement plus que la branche, malgré le passage en début d’année aux carburants allégés en soufre, qui représentent une hausse des coûts annuels de l’ordre de un milliard de dollars pour l’entreprise. L'armateur compte d'ailleurs faire baisser rapidement le coût de ces carburants allégés. L'écart de prix avec le fioul est de 300 € de plus à l'heure actuelle et devrait passer à 250 € à terme.

Auteur

  • Nathalie Versieux

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format